Mode: 7 idées (irrésistibles!) pour rafraîchir sa garde-robe

À la fin d’une saison, on a souvent l’impression de se retrouver dans une impasse vestimentaire. Plus capable de voir en peinture le veston à carreaux ou le pantalon en velours côtelé qui nous transportaient de joie il y a quelques mois? C’est le temps de donner un supplément de vitamines à notre garde-robe… en un mot, de la repimper!

 
Photo: Imaxtree

Un peu d’oxygène

Pendant l’hiver, on a trouvé refuge dans une palette de teintes sourdes et terreuses. Et soudain, les bruns, bordeaux, vert forêt et marine ont envie d’un bol d’air frais. Un coin de ciel bleu, une pointe de vert gazon, quelques rayons de jaune ensoleillé ou le rose d’un jardin qui s’éveille, ça met du baume sur le spleen stylistique qui nous gagne à un moment ou à un autre de la saison froide. Avant de changer de complices chromatiques, on peut faire des rapprochements entre les deux camps.

«Les pastels et les tons primaires un brin délavés facilitent la transition pour celles qui trouvent qu’il est trop tôt pour adopter le blanc. C’est une belle occasion de tester nos talents de coloriste.» – Isabelle Éthier, styliste

 

 

 

Photo: Imaxtree

On réimprime!

Qui parle de disparition de l’imprimé? Pas sur la Planète Mode, c’est certain! Pour requinquer le moral d’une penderie, rien ne remplace les rayures. Les classiques nautiques, les rugby (ultralarges), les verticales arc-en-ciel fouettent les gros tricots et les trenchs comme une bonne brise. Le veston en velours côtelé ou en lainage peut aussi flirter avec les fleurettes. On sait combien une jolie gerbe nous accroche tout de suite un sourire. Truc éprouvé, mais qui fait son petit effet avec nos looks. Le bouquet, c’est nous!

«Les rayures et les imprimés floraux sont indissociables du printemps. Mais les règles convenues en mode ont tendance à disparaître. Porter du tweed et un chemisier fleuri: pourquoi pas?» – Simon Venne, styliste

 

 

 

Photo: Imaxtree

Esprit léger

Ce n’est peut-être pas encore le moment de se balader jambes nues, mais on peut aider nos looks à retrouver la pêche en allégeant les textures. Les pulls sortent de l’hibernation et se délestent des matières denses pour chercher la fluidité. Une jupe plissée, tout en mouvements, donne de la vie à une silhouette. Un autre truc: percer l’opacité des tweeds et des velours en introduisant de la transparence. Une robe en mousseline semi-diaphane ou un imper en plastique translucide laissent filtrer la lumière et dynamisent une garde-robe transitionnelle.

«Les tissus qui ont du corps, tels les cocons de tricot et les épais lainages des manteaux, se mettent en mode printanier en fréquentant des étoffes plus légères.» – Isabelle Éthier, styliste

 

 

 

Photo: Imaxtree

Touche de blanc

En mode, le blanc ne s’accorde plus de pause et reste de service à longueur d’année. Il y a cinq ans, il avait fait une percée majeure avec l’esthétique normcore, qui prônait la neutralité et les basiques. Les modeuses n’en avaient que pour des maxichemises et, surtout, des baskets immaculées. Les chaussures et les sacs blancs défient le cycle des saisons et injectent de l’énergie à nos tenues esquintées.

«On ouvre la porte au printemps en faisant cohabiter un manteau costaud ou une veste en suède avec un jean blanc.» – Simon Venne, styliste

 

 

 

Photo: Imaxtree

Bye les blues

Une façon infaillible d’introduire du soleil dans la garde-robe: laisser (temporairement) la toile indigo et accueillir un jean de couleur. Joe Fresh tape en plein dans la tendance avec sa collection de denim arc-en-ciel à se damner. Des pastels dragée, un vert mentholé, un vermillon brûlant qui taquine la rétine… Ça nous donne une autre idée de stylisme: remplacer un tailleur-pantalon par un kit coordonné blouson-jean.

 

 

 

 

 

 

Photo: Imaxtree

Le pouvoir des accessoires

Les accessoires sont toujours accommodants pour nous faire sortir de la routine mode. Le petit sac foufou repéré en début d’hiver, qu’on n’a pas osé s’offrir parce qu’il sortait de notre périmètre de sécurité… eh bien, pourquoi ne pas courir l’acheter, surtout qu’il est probablement réduit de 80 % à cette période de l’année? Pendant l’heure du lunch, une visite au rayon des bijoux fantaisie des boutiques fait un bien inouï. Et, oui, on craque pour ces boucles d’oreilles qui ressemblent à un mobile de Calder, pour remplacer les trop  sages minibaguettes collées sur nos lobes. On peut aussi revoir notre layering de colliers et ajouter une médaille ou une initiale, comme font les fashionistas. 

«On a toutes des minifoulards qui végètent dans un tiroir. Bonjour le boost de charme, quand ils enlacent un chignon ou une poignée de sac!» – Isabelle Éthier, styliste

 

 

Photo: Imaxtree

Carrés magiques

Les carreaux ont défini le paysage des tendances. Ils sont partout. À la longue, on trouve peut-être contraignantes ces grilles rigoureuses. Envie de sortir du cadre? Les fashionistas ont trouvé une idée simple qui réinvente leur veste: une ceinture trop longue, qui semble nouée à la hâte. Et le tailleur-pantalon échappe au code corpo lorsqu’on l’enfile avec un t-shirt blanc ou un pull sport zippé en polar.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Impossible d'ajouter des commentaires.