Ronde, et alors?

Ronde et yogi, et alors?

« Mais d'où me vient donc cette folle idée que le yoga, ce n'est pas fait pour moi? » Oui, on peut être ronde et yogi, a réalisé Joanie Pietracupa.

 

Même si j’ai toujours préféré l’exercice physique à haute intensité au yoga, je me suis récemment découvert une passion pour le yoga chaud et le yoga méditatif. Deux extrêmes, je le sais. Le premier me fait suer de la tête aux pieds, au sens propre comme au figuré. Il me donne aussi (trop) souvent la nausée, mais me laisse surtout avec une impression de renouveau, d’avoir fait le ménage en dedans comme en dehors et d’avoir rechargé mes batteries à 110 %. Le deuxième, lui, fait s’envoler mon stress comme par magie, calme mes nerfs et ma tête et m’emplit d’une paix riche et profonde. Ça sonne peut-être « cucul », mais c’est en plein ça.

Ce que j’aime un peu moins, par contre, quand j’entre dans un studio de yoga, c’est le sentiment complètement con qui m’envahit : ne pas me sentir à ma place. Malgré moi, envers moi et contre moi, comprenez-moi bien. Il suffit que j’observe mes co-yogis en train de s’étirer pendant quelques secondes pour perdre toute confiance en moi. Ils et elles sont là, longilignes et élancés, forts, musclés et souples comme des lianes grimpantes, beaux et belles dans leurs leggings ajustés et leurs t-shirts juste assez trop grands, lumineux et radieux. Peut-être que je les jalouse un peu. Peut-être que je les admire beaucoup. Peut-être que je me compare trop. C’est cliché à dire et oui, je ne me tiens sûrement pas « aux bonnes places », mais la vérité est là : la p’tite ronde de service, pendant les cours de yoga, c’est presque toujours moi.

À LIRE: Mode: trois filles de style qui s’habillent à mini budget

Pas que ça soit grave. Comme tout le monde, je suis appliquée, concentrée et même plutôt douée. J’ai de l’équilibre, de l’agilité, de l’extensibilité et de la motivation à revendre. Je travaille fort pour développer mes muscles et mon âme. Et je cherche constamment à m’améliorer et à me surpasser. Mais d’où me vient donc cette folle idée que le yoga, ce n’est pas fait pour moi? Les publicités, les vidéos et les articles sur le sujet, j’imagine. Et de mon cerveau un peu tordu, sans aucun doute. Mon cerveau plein à craquer d’images de jeunes femmes belles et blondes en train de prendre la pose de la salutation au soleil sur une plage californienne, aux petites heures du matin. (Quoi, y’a juste moi qui visualise ça quand je pense au mot « yoga »?)

C’est pourquoi j’ai lâché un petit cri de joie après avoir visionné la nouvelle vidéo de Penningtons, qui lance le mouvement #sanscompromis. La marque invite les gens de partout dans le monde à partager leur histoire en utilisant ce mot-clic sur leurs réseaux sociaux. Une vidéo dans laquelle on voit une superbe femme s’étirer sur son tapis antidérapant, qui prouve à tous (la société, et surtout, à mon cerveau un peu tordu) que peu importe notre taille ou notre silhouette, on peut tout accomplir avec grâce et succès, même un cours de yoga. Inspirant, vraiment. Une image assez forte pour remplacer toutes les autres qui se sont accumulées dans ma tête au fil des dernières années. Une image assez puissante pour me donner envie de passer la porte du studio la tête haute, digne et fière. Pas jalouse ou pâmée, juste digne et fière.

À LIRE: Lettre ouverte à celles qui ne veulent plus entendre parler de surpoids