Tendances

Choisir la jupe qui nous va

Jupe plissée, trapèze, portefeuille, crayon : cet été, il y en a une pour toutes les silhouettes.

TRAPÈZE

Il s’agit de la version 2007 de la jupe droite. En forme de trapèze – d’où son nom –, elle s’élargit de la ceinture vers le bas. La longueur varie : du milieu de la cuisse jusqu’à mi-mollet. À associer à un haut, un pull ou une veste ajustés.

Pour qui ?
C’est la jupe idéale pour faire oublier des hanches très fortes. On préférera un tissu qui a de la tenue ou on choisira un modèle à panneaux multiples (elle restera mieux en place et attirera moins l’attention sur les hanches). La jupe trapèze sans bande de taille amincit.

À éviter…
si on a les fesses très rondes, car la ligne de la jupe donnera l’impression qu’on a des cuisses énormes. Dans ce cas, on adopte une jupe plus longue et plus droite, évasée à l’ourlet.

La bonne chaussure.
Il faut au moins un petit talon. Si la jupe est estivale, on l’aimera avec une sandale à talon bobine – incurvé à sa base. Avec une jupe plus habillée, on optera pour un escarpin allongé, à talon d’au moins 3 cm.

TAILLE MONTANTE

La jupe à taille montante, quelle qu’en soit la longueur, fait le bonheur des femmes élancées. Superbe avec un t-shirt, un chemisier étroit, un petit pull, ou avec une ceinture qui souligne la taille avec élégance.

Pour qui ?
Elle exige une petite taille. Cette coupe ne pardonne pas grand défaut, sauf peut-être des cuisses un peu fortes… Dans une teinte foncée, elle convient aux corps tout en courbes.

À éviter…
si on a une silhouette en V ou plutôt athlétique (torse fort, épaules larges) ou qu’on a la taille mal définie.

La bonne chaussure.
Relax avec un talon moyen (2 ou 3 cm), raffinée avec un talon haut, la jupe à taille montante se prête à tous les mariages ou presque.

CRAYON

Longue et étroite, elle arrive à mi-mollet ou juste au-dessus du genou. C’est une indémodable à la fois classique et sexy. On la porte avec une veste, un haut licou à plis, un twin-set ou un chemisier.

Pour qui ?
C’est la jupe amincissante par excellence : elle aplatit les fesses, gomme le petit ventre et allonge la jambe. Les femmes un peu rondes auraient avantage à se tourner vers les modèles plus droits. Pour donner des courbes aux hanches, on la préfère au genou, sans bande de taille.

À éviter…
Les modèles très ajustés ou extensibles ne conviennent pas aux silhouettes « pomme » ; quand on est ronde, on gagne à porter cette jupe avec une gaine-culotte ou un bon sous-vêtement de maintien. Attention à la longueur : la jupe crayon mi-longue peut épaissir un mollet déjà fort ou souligner des chevilles qui manquent de finesse.

La bonne chaussure.
Cette jupe va avec tous les types de chaussures.

PORTEFEUILLE

Fort agréable à porter : on peut la nouer comme un paréo sur son maillot, l’associer à une camisole ou à un haut en tissu léger.

Pour qui ?
Elle accentue la courbe des hanches. La jupe portefeuille courte est aussi mignonne pour les femmes de petite taille que pour celles qui ont de longues jambes.

À éviter…
Le nœud et les plis soulignent la taille enrobée et le petit ventre.

La bonne chaussure.
La jupe portefeuille est jolie avec presque tout. Mais on réserve les talons hauts aux modèles plus longs.

PLISSÉE

Elle se déploie autour de la taille comme une fleur. Pas facile à porter, mais toujours élégante avec un chemisier, un débardeur ou une veste.

Pour qui ?
Elle apporte du volume là où il en faut plus. C’est une alliée sûre pour les femmes qui manquent de courbes, pour celles qui ont la taille fine ou les hanches étroites.

À éviter…
si on a les hanches très rondes ou un petit ventre.

La bonne chaussure.
Une jupe légère appelle des chaussures légères (ballerines, chaussures ouvertes ou à bouts ronds, mules).

LONGUE

Elle a un chic fou. On la porte avec une camisole ou un haut ajustés ; l’association sera moins heureuse avec des hauts qui tombent sur les hanches ou plus bas.

Pour qui ?
Pour les femmes de petite taille, à condition qu’elles choisissent un modèle dans un tissu léger pour camoufler des jambes un peu fortes.

À éviter…
Elle n’est pas faite pour les « tailles plus », qui devraient préférer les coupes droites, mi-longues ou au genou.

La bonne chaussure.
Elle peut être associée à des semelles compensées, des talons hauts, des mules ou des espadrilles. Les femmes élancées pourront aussi enfiler des chaussures plates.

LES DÉTAILS À SURVEILLER

L’ourlet parfait
Même si la tendance est aux jupes courtes, l’important reste de trouver la longueur qui nous convient, point. Quand les jambes sont bien proportionnées, on opte pour le court ; sinon, on allonge.

Généralement, un ourlet qui tombe sur les portions plus fines de la jambe – au-dessus du genou, à la cheville ou juste sous le genou – est plus facile à porter. Le secret, c’est d’essayer.

Dernier détail : le long… doit être long, c’est-à-dire toucher terre ou presque et non s’arrêter à cinq centimètres au-dessus du talon ou tout juste à la cheville pour laisser voir les chaussures.

Des tissus qui font le poids
Les tissus fluides et légers avantagent presque toutes les femmes ; les matières brillantes, rigides ou texturées exigent une silhouette plus fine.

La bonne chaussure à tout coup
Deux règles : plus c’est court, plus on modère la hauteur du talon ; plus la jupe est ample, plus la chaussure peut prendre de la hauteur ; sinon, le volume du tissu écrasera la silhouette.