Tendances

Comment habiller son maillot de bain

Des idées pour être élégante et à l’aise au bord de l’eau.

À la piscine ou à la plage, on peut faire autre chose après la baignade que de se draper d’une serviette. Voici d’autres options.

LE PEIGNOIR

Pratique, il s’enfile vite et tient au chaud après la baignade dans la piscine, à la maison ou au chalet.

Pour qui : Le gros tissu éponge en coton (la fameuse « ratine ») va mieux aux femmes filiformes, mais les tissus plus fins (nylon, mélanges de coton, de lin) conviennent à toutes.

On évite : les styles associés aux vêtements de nuit (peignoir à carreaux, fleuri, satin…).

Une bonne idée : pour un agencement réussi, on apporte son maillot dans les boutiques et les rayons lingerie des grands magasins, où plusieurs peignoirs offerts font de splendides cache-maillots.

LE CHEMISIER LONG

Un classique pour habiller son maillot avec goût. Certaines collections de maillots haut de gamme en offrent.

Pour qui : toutes. Il allonge la silhouette avec son boutonnage au centre. Toujours préférer une coupe étroite ou plus ajustée. Des poches sur la poitrine (surtout celles à rabat) avantagent les poitrines menues.

On évite : le chemisier à ourlet droit ; mieux vaut un modèle à pans arrondis ou ouvert sur les côtés. On laisse de côté les tissus lourds (denim épais, toile de coton rigide…) et on opte pour le voile, le coton, le lin léger…

De bonnes idées : une chemise en microfibre ou en mélange lin-coton dénichée au rayon pour hommes des grands magasins (choix vaste et prix avantageux). Pourquoi pas une tunique en voile de coton provenant d’une boutique indienne ?

LE PARÉO

On peut souvent trouver un paréo coordonné à son maillot ; sinon, on se le procure séparément ou on s’en fabrique un.

Pour qui : c’est un cache-maillot classique et apprécié parce qu’il se noue de plusieurs façons. Mais il n’est pas toujours facile à porter. Attention aux tissus lourds et épais, qui peuvent grossir la silhouette, et aux matières transparentes ou ajourées qui laissent voir nos petits défauts ; on préfère les tissus fluides (jerseys, nylon imprimé…).

On évite : le paréo court pour gommer la culotte de cheval (ça ne fonctionne pas) ; un paréo plus long, en tissu très léger, fera meilleur effet.

De bonnes idées : le grand foulard en coton batik trouvé dans une boutique indienne – beau, bon, pas cher ; la jupe portefeuille avec un nœud, qui a l’apparence d’un paréo sans en être un ; le paréo que l’on fabrique chez soi : on borde simplement le tissu qui nous plaît d’un ourlet à la machine.

LA ROBE

En tricot de coton ou en coton piqué, la robe habille bien un maillot et se glisse aisément dans une valise.

Pour qui : polyvalente, la robe convient à toutes les silhouettes. Elle est idéale pour cacher un bikini audacieux. On aime la robe t-shirt ajustée, la robe droite au genou, à bretelles spaghettis ou la robe polo.

On évite : les coupes trop amples, genre trapèze sur la silhouette poire – mieux vaudrait, dans ce cas, un modèle droit à manches courtes. Les poitrines fortes s’accommodent mal de la robe polo, dont la patte de boutonnage est très courte – les seins paraissent alors vraiment plus gros.

Une bonne idée : les polos pour hommes sont coupés très longs ; si on est mince, on peut le ceinturer et ainsi le convertir en minirobe.

LA VESTE À CAPUCHON (COURTE OU LONGUE)

Enveloppante, avec ou sans glissière, elle nous réchauffe à la sortie de l’eau. Courte, on l’associe à un short ou à une jupe. À privilégier : le polyester velouté, le tricot de coton extensible ou le tricot éponge.

Pour qui : toutes. On aime son effet allongeant, grâce à sa fermeture-éclair ou à son boutonnage pleine longueur à l’avant.

On évite : la veste à capuchon deux fois trop grande – à laisser aux adolescentes ; la poche kangourou si on a une silhouette pomme ; la taille coulissante froncée sur une taille enrobée.

Une bonne idée : on peut trouver à bon prix de belles vestes à capuchon au rayon des vêtements de sport des grands magasins ; les lignes de vêtements de yoga des boutiques de lingerie en proposent aussi.

LA MINIJUPE

Adopter la minijupe (en version tricot, coton ou tissu éponge, portefeuille ou à volants) est une ingénieuse façon de transformer le haut de son maillot en corsage.

Pour qui : toutes celles qui assument leurs formes et aiment montrer leurs jambes ; la jupe portefeuille va mieux aux hanches plus étroites.

On évite : la mini trop courte avec le haut de bikini triangle qui dévoile tout ; la jupe trop serrée sur des cuisses dodues ; la jupe ultracourte passé un certain âge.

De bonnes idées : outre la mini, on peut associer presque tous les types de jupes à un maillot à haut débardeur (tankini) ou à un maillot une pièce.

Les bonnes matières
Rien ne nous empêche de convertir en cache-maillot des vêtements n’ayant pas été conçus pour la plage.

L’important, c’est le tissu.
Privilégier les matières absorbantes, qui sèchent vite : modal, nylon, voile de polyester, coton léger, lin, tricot léger, microfibre…

Éviter les tissus lourds et chauds comme le denim épais, la toile de coton, l’éponge velours (la « ratine » de velours), le gros coton ouaté ; le tricot de coton blanc qui devient transparent une fois mouillé ; le satin et la soie ne sont pas non plus très pratiques avec un maillot.