Non classé

15 questions de trop à monsieur Harper

Suite à mon texte du jour, une lettre à mon nouvel ami Stephen, je reproduis ici les 20 questions que j’ai demandé d’imaginer au philosophe politique Christian Nadeau, auteur du captivant essai « Contre Harper. Bref traité philosophique sur la révolution conservatrice » (Boréal).

Je sais, il y en a 15 de trop, mais nous sommes en démocratie.

Questions pour Stephen Harper :

(Dans bon nombre de cas, Stephen Harper pourrait se retrancher derrière le principe de compétences partagées fédéral-provincial, comme la question de l’éducation. Mais les questions se posent toujours dans la mesure où les décisions du fédéral ont des effets importants sur les politiques provinciales).

Le programme politique des conservateurs et la question des valeurs :

1- En 2003, lors de votre conférence devant l’association Civitas, vous déclariez la chose suivante : «In this environment, serious conservative parties simply cannot shy away from values questions. On a wide range of public-policy questions, including foreign affairs and defence, criminal justice and corrections, family and child care, and healthcare and social services, social values are increasingly the really big issues ».

2- Où en sommes-nous maintenant dans votre programme de défense des valeurs traditionnelles ? Quelles sont vos prochaines cibles ?

3- Est-ce qu’une famille composée d’un couple homosexuel et de deux enfants représente une véritable famille selon vous ? Oui, non, pourquoi ?

Éducation :

4- Faut-il retirer toute forme d’aide publique aux institutions privées d’enseignement ?

5- Vous êtes nommé recteur d’une grande université de recherche (par exemple l’Université de Toronto ou l’Université de Montréal). Quelles seraient vos trois priorités principales ?

Culture :

6- À ma connaissance, vous n’avez jamais personnellement répondu à Yann Martel. Quels sont les cinq derniers livres que vous avez lus ? Qu’en avez-vous pensé ?

7- Dans le dernier budget, le volet des programmes culturels financés par le fédéral subit une diminution de dépenses de 177 millions, ce qui représente une baisse de 4,5%. Pourquoi s’acharner sur l’un des secteurs les plus fragiles de notre société, alors qu’il est partout présent dans nos vies ? Comment expliquer une telle chose alors que le sport quant à lui voit bonifier ses activités d’une aide fédérale de 27 millions de dollars, soit de 15%.

8- Pourquoi voulez-vous absolument nous dégoûter des Beatles ?

Environnement :

9- Quelle est votre position au sujet des changements climatiques ? Existent-ils vraiment et sont-ils le fait d’activités humaines ? Si oui, comment expliquer  que le programme sur la qualité de l’air subisse une baisse de 145 millions $ ? 10- Au fait, à part Kyoto, combien d’autres « complots socialistes » comptez-vous dénoncer ?

Démocratie et justice sociale :

11- Les États-Unis viennent d’adopter, de peine et de misère, un système d’assurance santé national. Or, la Coalition canadienne de la santé a déjà dénoncé votre attitude dans ce dossier, car vous semblez favoriser un abandon progressif de la Loi canadienne sur la santé, en ouvrant de plus en plus la porte au secteur privé. (http://www.straightgoods.ca/2011/ViewArticle.cfm?Ref=279) Quelle est votre position actuelle sur la santé publique ?

12- Croyez-vous vraiment que tous les Canadiens sont indifférents face au démantèlement des institutions et des pratiques démocratiques (outrage au Parlement, prorogation) ? Vous avez répondu que l’économie est la seule chose qui intéresse les Canadiens. Mais comment dissocier la direction des affaires économiques de la gestion des affaires publiques ?

13- Est-ce que les pauvres méritent une représentation politique au même titre que les autres citoyens? Si oui, pourquoi couper le soutien financier aux partis politiques dans la mesure où ce financement est proportionnel aux votes ? Comme vous le savez, si le financement des partis dépend des donateurs,  ceux qui ne peuvent pas donner ne peuvent plus influencer le programme des partis ni même voir leurs intérêts être défendus par qui que ce soit.

14- Est-ce qu’un abandon du financement public des partis n’est pas le meilleur moyen de couronner un seul gagnant possible, soit les conservateurs ?

15- Si nous nous intéressons seulement, comme vous le dites souvent, à l’économie, cela signifie aussi que nous nous intéressons à la manière dont l’État gère les ressources. Comment expliquez-vous les dépenses militaires faramineuses de votre gouvernement, et sans appel d’offre ? Comment expliquer que les dépenses du gouvernement aient explosé de près de 40 % depuis l’arrivée au pouvoir des conservateurs. La récession peut-elle vraiment tout justifier ?

16 – Que pensez-vous de la loi, défendue par le gouverneur Scott Wake, relative au droit d’association syndicale des employés de la fonction publique au Wisconsin ?

17- Vous avez naguère défendu des principes de transparence pour la gestion des affaires publiques. Pourquoi refusez-vous aujourd’hui de répondre à plus de cinq questions par jour aux journalistes ? Ce n’est certainement pas parce que vos bains de foule sont plus importants que de répondre aux questions pertinentes sur la manière dont vous entendez gouverner l’État pour les prochaines années.

Affaires internationales :

18 – Que pensez-vous de la situation actuelle en Syrie, dans la mesure où les troubles politiques dans ce pays peuvent donner lieu à une déstabilisation de la région, ce qui entrainerait inévitablement  des répercussions sur Israël ?

19- L’intervention canadienne en Lybie est-elle légitime lorsque par ailleurs nous n’avons entendu aucun commentaire de votre part sur la répression des manifestations en Syrie ? Quels sont les rapports politiques du « gouvernement Harper » avec des pays comme le Maroc, l’Arabie Saoudite, la Jordanie, etc. Comment expliquez-vous que depuis le début des années 90, l’aide au Moyen Orient constitue l’une des enveloppes les moins importantes à l’ACDI ?

20 – Le 26 mars dernier, un demi-million de personnes se sont rassemblées à Londres pour dénoncer les réductions budgétaires du gouvernement Cameron, qui frappent de plein fouet l’ensemble des services publics. Que pensez-vous des politiques préconisées par David Cameron et son parti conservateur depuis leur arrivée au pouvoir ?

En remerciant monsieur Nadeau pour sa contribution, je me permets d’en ajouter une pour la luck:

Sur 21 députés agriculteurs, 17 sont conservateurs. Sur 20 députés professeurs, on n’en compte aucun. À votre avis, l’agriculture est-elle plus importante que la culture? Et est-ce une raison pour laisser les artistes crever de faim?

DÉPOSÉ SOUS: