Santé

3 questions à une dentiste

Le point avec la docteure de l’Ordre des dentistes du Québec


 

1. Comment savoir si je suis une bonne candidate au blanchiment des dents ?
Seul votre dentiste peut vous renseigner. Il existe différents traitements qui ne conviennent pas à toutes car la décoloration des dents a de multiples causes. Parfois, on a affaire au jaunissement normal qui apparaît avec les années, mais la décoloration peut aussi s’expliquer par un traumatisme (une dent morte à la suite d’un choc par exemple), par la consommation régulière de tabac, café, thé ou vin rouge ou par la prise prolongée d’antibiotiques, comme la tétracycline à faible dose contre l’acné (qui peut rendre les dents grisâtres). Selon l’origine du problème, un traitement peut être pertinent ou, au contraire, déconseillé. Une chose est sûre : un nettoyage préalable des dents dans un cabinet de dentiste maximise l’efficacité du principal agent de blanchiment, le peroxyde d’oxygène.

2. L’intervention comporte-t-elle des risques ?
Oui, si elle est effectuée ailleurs que chez le dentiste. (Au Québec, ce service est offert à divers endroits, y compris dans des cliniques d’esthétique.) Par exemple, un traitement fait sur des dents qui se déchaussent (phénomène fréquent, parfois dès la trentaine) peut provoquer des douleurs et exiger un traitement de canal. C’est le genre d’incident que le dentiste saura prévenir.

3. Des obturations sur les incisives (dents du devant) peuvent-elles causer un problème de couleur ?
Non. Ces restaurations sont toujours faites avec un matériau composite qui existe en différentes teintes. Une fois le traitement de blanchiment terminé, il suffit de remplacer les obturations en choisissant une couleur qui les rendra invisibles.