Alimentation

Maigrir sans régime pour en finir avec le yo-yo

Les régimes miracles, on l'a assez dit, ça ne fonctionne pas. Que faire pour perdre du poids? Manger sainement, pour de bon.

Photo: Getty Images/WestEnd

« Quel régime devrais-je essayer cette fois pour perdre mes kilos en trop? » C’est probablement la question qu’on entend le plus souvent au retour du congé des fêtes. Celle qui résulte du cercle vicieux annuel: excès-regrets-punition. Après avoir fait bombance, c’est l’heure des comptes: on s’inflige des restrictions alimentaires sévères et un entraînement intensif. Le fouet!

Pourtant, on le sait, ce jeu de yoyo ne mène nulle part: 80 % des personnes qui suivent un régime amaigrissant regagnent le poids perdu en un an, et 94 % au bout de deux ans. Des chiffres qui ne prennent même pas en considération l’impact psychologique néfaste de ces rationnements récurrents.

Les études démontrent clairement que se refuser le droit de manger les aliments qu’on aime ne les rend que plus attrayants. S’en priver pousse donc inévitablement à la surconsommation. Et dans l’intervalle, on aura vécu de la frustration et de la culpabilité, en plus d’entretenir une foule de pensées négatives. Sans parler de l’atteinte indéniable à notre estime personnelle devant l’échec et notre soi-disant manque de volonté.

Il est naturel de vouloir être en santé, ce qui peut passer par une perte de gras et une prise de masse musculaire. Toutefois, on est loin du naturel quand les moyens pour y arriver deviennent radicaux.

Que faire, alors, si on souhaite perdre du poids pour de bon? Le secret réside dans l’adoption de comportements alimentaires sains à long terme. Cela implique, notamment, d’apprendre à manger quand on a faim et de savoir reconnaître ses signaux de satiété. Il faut aussi déterminer ses préférences, trouver les aliments qui donnent de l’énergie et permettent de se sentir rassasiée, apprécier la qualité plutôt que la quantité et, surtout, ne pas viser des changements irréalistes ou spectaculaires instantanés. Les bonnes habitudes s’acquièrent progressivement. Et gardons en tête que notre mode de vie en général (activité physique, sommeil, stress…) a également une influence sur nos buts et notre état de santé.

Un programme ambitieux? En cas de besoin, on ne doit pas hésiter à consulter un professionnel de la santé compétent, comme un nutritionniste. Non seulement on décuple ainsi ses chances d’atteindre ses objectifs, mais cette consultation coûtera moins cher que tous les « shakes », régimes ou programmes alimentaires vendus par le dernier coach à la mode.

Annie Ferland est nutritionniste et docteure en pharmacie. Elle a créé sciencefourchette.com.

À lire aussi: Combinaisons alimentaires: régime prometteur ou fausse information?