Forme

Fichu ventre !

Agaçant, ce petit bedon qui s’accroche malgré tous les efforts déployés pour s’en défaire ? Voici comment s’en débarrasser.

Quand je me regarde de profil, je vois un renflement au-dessus de la ceinture de mon pantalon. « Les jeans à taille basse n’avantagent personne », me dit une amie. C’est gentil mais, je dois l’admettre, petite bedaine il y a…

J’ai abandonné la bière – une habitude mortelle, paraît-il, quand on a ce genre de problème. Et je me suis acheté un livre intitulé Abdos : des résultats rapides, visibles et durables (éditions Broquet). Je fais religieusement mes 25 « crunchs » quotidiens – des demi-redressements assis, en français. Résultat ? Le pneu abdominal est un peu moins apparent. Mais il est toujours là. Ce n’est pas demain la veille que mes abdos rivaliseront avec ceux qu’on admire à la télé dans les annonces de l’appareil Ab King Pro.

Tapez le mot « ventre » dans Google : des tonnes de sites, de livres et de publicités pour appareils vous promettent des abdos d’enfer. Tous sont prêts à vous aider, moyennant « 12 paiements faciles de 29,99 $ ».

Dans un tel fouillis, il est impossible d’obtenir de vraies réponses. Pourquoi avez-vous du ventre, contrairement à votre voisine qui ne mange pas mieux que vous ? Est-ce l’hérédité, le manque d’exercice, les grossesses, le pain, la bière, les nerfs ?

L’âge, la sédentarité et les mauvais choix alimentaires nous font prendre du poids. Chez certaines, la graisse s’accumule à la taille, chez d’autres, elle se loge sur les fesses et les cuisses.

Selon le docteur Jean-Pierre Després de l’Université Laval, spécialiste de renommée internationale de l’obésité abdominale, il n’y a pas de doute, la génétique détermine l’endroit où le gras se dépose. « Si les femmes de votre famille ont tendance à faire du ventre ou à épaissir à la taille, ça vous arrivera sans doute aussi », dit-il. Or, la petite bedaine n’est pas seulement inesthétique, elle expose à un risque, car dans ces familles, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires et le diabète sont plus fréquents. Pour être dans la norme, le tour de taille ne doit pas dépasser pas 80 cm (32 po) chez la femme. Au-delà de 88 cm (35 po), les risques pour la santé augmentent.

Par contre, prendre du poids sur les hanches et aux fesses ne nuit pas à la santé – cela protège même du diabète et des maladies cardiovasculaires. « Je sais que les femmes ont une sainte horreur de la culotte de cheval, enchaîne le docteur Després. Pourtant, le gras stocké sur les fesses et les hanches sert à répondre à leurs besoins énergétiques durant la grossesse et l’allaitement. » Il en est ainsi depuis des temps immémoriaux : les femmes ont toujours puisé dans ces réserves afin de nourrir leur bébé en cas de famine.

D’accord, mais puisqu’il se révèle nocif pour la santé, comment perdre ce foutu ventre ? En bougeant, tout simplement. « Ce gras est le premier à disparaître lorsqu’on fait de l’exercice. Nous venons de le démontrer dans une étude réalisée à l’Université Laval », précise le spécialiste. Enfin, une solution ! Mais quel genre d’exercice ? Des demi-redressements assis ? « Non, pas du tout, répond-il, il faut brûler des calories ! Et la seule façon d’y parvenir, c’est en sollicitant de grands groupes musculaires pendant un certain temps, ce qui accélère le rythme cardiaque. » On recommande donc la marche rapide, la course à pied, le vélo ou la natation, des activités assez intenses pour essouffler mais pas au point d’empêcher de soutenir une conversation. Il faut les pratiquer au moins trois fois par semaine, sinon tous les jours – des chercheurs de l’Université Harvard suggèrent même aux femmes une heure par jour.

Mes 25 crunchs quotidiens sont donc inutiles ? Oui et non, répond la spécialiste de l’activité physique Chantal Daigle, de la clinique de kinésiologie de l’Université de Montréal. « Si vos abdominaux, même musclés, sont dissimulés sous une couche de graisse, vous conserverez un petit ventre. » Et vlan. Elle ajoute par contre : « Ces muscles s’attachent à la colonne vertébrale, donc si vous les renforcez, votre posture va s’améliorer. » Ce qui raffermit le ventre… et assure un port altier.

Et que penser de tous ces appareils que l’on tente de nous vendre sur Internet ? « Il n’y a pas de recette miracle », dit-elle. De l’exercice et de bonnes habitudes alimentaires, c’est tout ce qu’il faut. 

Les études le confirment, certains aliments sont à éviter. On cite notamment le gras d’origine animale (viande rouge, fromage) et l’alcool. Depuis peu, les chercheurs montrent du doigt un autre coupable : le sucre. « Les boissons sucrées, y compris les jus de fruits, favorisent en effet l’obésité abdominale », indique le docteur Després.

Et le pain ? « Le pain, les pâtes et les patates ne font pas grossir. Mais ils favorisent les ballonnements », explique la nutritionniste Louise Lambert-Lagacé. Elle précise qu’il ne faut pas confondre le gras abdominal et les ballonnements, qui surviennent surtout l’après-midi. De plus, l’alimentation ne serait pas seule en cause dans le dépôt de gras abdominal : le tabagisme y contribuerait également. On ne sait pas exactement pourquoi, mais selon des données, même quand ils sont minces, les fumeurs ont plus de gras à l’abdomen que les non-fumeurs.

« Enfin, ajoute le docteur Després, dites à vos lectrices de surveiller leur stress. Il s’agit d’un autre facteur qui favorise le stockage du gras au niveau du ventre. » Raison de plus pour bouger : l’activité physique brûle les graisses… et réduit le stress !