Santé

Le patinage artistique, c'est mon sport!

Depuis qu’elle a cinq ans, Josiane Babin patine. Sa passion est telle qu’elle a plaqué son poste en service social il y a quatre ans, pour devenir coach et participer à des compétitions nationales et internationales.

Comment as-tu eu la piqûre?

Là où j’ai grandi, à Bonaventure, en Gaspésie, les filles faisaient du patin et les garçons, du hockey. Ça allait de soi à l’époque. Mais pour moi, c’était plus que ça. Je voulais toujours être à l’aréna. Au secondaire, j’ai fait remplacer tous mes cours en option par des entraînements. Je rêvais de monter sur un podium olympique ou encore de me joindre à une troupe comme les Ice Capades. Du patin, j’en mangeais!

Qu’est-ce que ce sport a de particulier?

Le patinage artistique exige énormément de rigueur. Impossible de s’améliorer si on n’en fait qu’une ou deux fois par semaine. C’est une discipline qui, un peu comme la gymnastique, fait beaucoup appel à la mémoire musculaire. On n’arrive à peaufiner un mouvement qu’en le répétant très souvent. Il s’agit d’un sport de perfectionniste!

Patiner, ça t’apporte quoi?

Lorsque j’étais jeune, je prenais surtout plaisir à sauter, à sentir mon envol, de plus en plus haut. J’ai maintenant 46 ans et la peur de me blesser m’a amenée à considérer davantage l’aspect artistique du patin, la grâce de la danse, la fluidité des mouvements. Le son de mes lames sur la glace quand j’exécute un virage parfait, ça me fait toujours vibrer!

À quoi ressemble ton programme d’entraînement?

Je vais à l’aréna au moins trois fois par semaine – à raison d’une heure par séance –, en plus de tout le temps que j’y passe comme entraîneuse. Je suis aussi des cours pour rester à jour et me perfectionner.

Ton souvenir le plus marquant?

Il y a 15 ans, je suis partie en tournée mondiale avec Holiday on Ice, une troupe européenne. On présentait jusqu’à trois spectacles par jour, un peu partout sur la planète. Les costumes, les décors, les feux d’artifice… c’était incroyable! La plus belle période de ma vie.

Ta plus grande fierté?

Je suis très fière d’avoir eu le courage de me consacrer à 100 % au patin. Je suis privilégiée de pouvoir partager cette passion avec les enfants que j’entraîne. 

À lire aussi: 11 bienfaits indéniables de l’activité physique