Le soleil, mon meilleur ennemi

On l’aime, surtout en ces beaux jours. Mais comment en profiter vraiment, sans risque?

 

Écran solaire : une bouteille par jour!

Un FPS de 30 au moins. À appliquer à raison de deux grosses cuillerées… toutes les deux heures. À répéter dès qu’on sort de l’eau ou qu’on a beaucoup transpiré. C’est ce que recommande l’Association canadienne de dermatologie. Toutes les crèmes vendues ici sont approuvées par Santé Canada. Mais les dermatologues préfèrent les produits sans parfum, hypoallergéniques (et hydrofuges pour les activités aquatiques). Les meilleurs choix du magazine Protégez-vous parmi les 21 produits de FPS 30 testés l’été dernier : Fruit of the Earth (désormais étiqueté Equate, la marque maison de Walmart), Ombrelle soin complet et Ombrelle extrême. Tous trois offrent une très bonne protection contre les UVB et les UVA.


 

C’est le meilleur rapport qualité/prix. Mais difficile à dénicher. 2,50 $/355 ml


 

Sans parfum ni colorant et hypoallergénique. 22,99 $/240ml 15,99 $/120ml


 

Formule avec dioxyde de titane qui réfléchit les UV. 22,99 $/240ml 15,99 $/120ml

Trouvez votre phototype

Phototype 1
Vous êtes blonde ou rousse. Vous avez les yeux bleus ou noisette. Votre peau laiteuse est parsemée de nombreuses taches de rousseur. Vous ne bronzez jamais. En fait, vous êtes plutôt abonnée aux coups de soleil!

Phototype 2
Vous avez les yeux bleus, la peau claire et quelques taches de rousseur ici et là. En été, vous obtenez un léger hâle mais… surtout des coups de soleil.

Phototype 3
Votre teint est entre clair et mat. Vous obtenez un bronzage moyen, mais vous brûlez à l’occasion.

Phototype 4
Avec votre peau mate, vous avez très peu de coups de soleil. Votre bronzage est foncé.

Phototype 5
Vous avez la peau brune et ne brûlez jamais. L’été, vous arborez un bronzage très foncé.

Phototype 6
Votre peau brun foncé ou noire ne brûle jamais.

(Source : GreenFacts)

Vous êtes de phototype 1, 2 ou 3?
Il vous faut un écran solaire à FPS élevé (30 et plus). Portez aussi des lunettes de très bonne qualité, car les yeux clairs sont plus sensibles au rayonnement ultraviolet que les yeux foncés.

Que manger pour se protéger?

Ce que nous mangeons influe sur la façon dont nous réagissons au soleil. Cela s’appelle la photonutrition. À privilégier : les petits fruits (bleuets, framboises), le vin rouge (yé!), le thé vert, le chocolat noir (que la vie est bien faite), l’huile d’olive et tous les oméga-3. Il y a aussi la carotte, la citrouille, la tomate, la pastèque, l’abricot et le poivron. Bourrés de bêtacarotène, ils améliorent la régénération cellulaire.

À éviter
Par contre, certains végétaux – agrumes, figues, panais, céleri, persil, fenouil et anis – augmentent la sensibilité aux ultraviolets en raison de la présence de psoralènes, des substances aromatiques. Un simple contact suffit parfois à provoquer des réactions au soleil. Résultat : des taches cutanées provoquées par les UVA.


 

À boire!

Rappelez-vous : pour ne pas se dessécher comme un pruneau, on s’hydrate! Buvez de 5 à 8 verres d’eau par jour.

Lunettes : les bonnes et les autres


 

Les ultraviolets endommagent les yeux – le cristallin, la rétine et la cornée, pour être précis. « Des dommages cumulatifs et irréversibles », dit la Dre Dominique Meyer, ophtalmologiste chirurgienne et fondatrice de l’Institut privé de chirurgie à Québec. Quelles lunettes choisir? Selon l’École d’optométrie de l’Université de Montréal, la plupart des lunettes vendues en pharmacie ou en boutique estampillées UV 100 % ou UV 400 sont sécuritaires. Bon à savoir : le prix n’est pas un critère, car les traitements anti-UV ne coûtent pas si cher. « Cependant, avec de mauvaises lunettes, on se rend plus vulnérable, rappelle-t-elle, car derrière un verre fumé la pupille se dilate pour recevoir plus de lumière. » Une bonne façon d’en évaluer la qualité? Tenez-les à bout de bras et regardez au travers. Bougez la tête en suivant une ligne droite imaginaire. Si la ligne ondule, c’est mauvais signe. Optez pour des verres qui résistent aux égratignures, surtout s’ils sont en plastique. Les lentilles grises, brunes ou vertes bloquent davantage la lumière bleue (partie du spectre lumineux la plus dommageable pour les yeux, responsable de l’aveuglement provoqué par les reflets de l’eau ou de la neige). Et, avec des verres polarisants, vous ne serez pas sans cesse éblouie.

Quel FPU portez-vous?

Il faut savoir bien se couvrir… et porter, si possible, des vêtements qui protègent contre le soleil.

On trouve maintenant des t-shirts, des camisoles, des shorts, des chapeaux et des maillots de bain qui mentionnent le facteur de protection aux ultraviolets (FPU). (On voit aussi le sigle anglais UPF.) Ces vêtements ont été traités au moyen de composés, d’agents d’azurage ou de résines spéciales qui absorbent les rayons UV, selon le détaillant Mountain Equipment Co-op (MEC).

Il n’existe pas de normes internationales pour l’instant. On s’accorde à dire que plus le facteur est élevé, mieux c’est. Un FPU de 40 à 50 représente une excellente protection. À titre de comparaison, un simple t-shirt en coton a un FPU de 15 – plus le tissage est serré, meilleure est la protection.

  UVA  UVB 
 Diffusion  Traversent l’atmosphère, la plupart des nuages, le verre et l’eau.  Sont bloqués par la couche d’ozone, les nuages et le verre, mais pas par l’eau.
 Moments d’activité  Toute la journée, toute l’année.  En été, surtout de 11 h à 16 h.
 Bronzage  Hâle immédiat (effet bonne mine) et non durable.  Bronzage retardé (24 h après l’exposition).
 Effets – Brûlent peu l’épiderme, mais pénètrent les couches profondes de la peau.
– Endommagent ADN, élastine et collagène.
– Accélèrent le vieillissement cutané.
– Brûlent l’épiderme seulement.
– Épaississent la peau.
– Endommagent les yeux.
– Accélèrent le vieillissement cutané.
 Symptômes – Rides, taches de vieillesse, photoréactions.
– Cancer de la peau.
– Rougeurs et coups de soleil.
– Cancer de la peau.
 Protection  FPS UVA pas encore réglementé (choisir une crème à large spectre).  Filtres FPS 15 à 100.

Impossible d'ajouter des commentaires.