Mammographie: est-ce pour toutes les femmes?

Décider soi-même (avec les conseils de son médecin) de passer ou non une mammographie serait une meilleure voie à suivre que le dépistage universel.

 

Photo: iStock.com/gorodenkoff

La mammographie par choix

Les femmes devraient décider elles-mêmes, après discussion avec leur médecin, si elles désirent ou non subir une mammographie de dépistage pour le cancer du sein. Telle est la principale nouvelle recommandation du Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs. Actuellement, le Programme québécois de dépistage du cancer du sein invite les Québécoises de 50 à 69 ans à passer une mammographie de dépistage tous les deux ans – un intervalle que le Groupe d’étude canadien porte à deux à trois ans. Entretien avec sa porte-parole, la Dre Guylène Thériault.

En quoi consiste la nouvelle recommandation?

Il s’agit surtout de s’assurer que les patientes ont vraiment toutes les informations nécessaires pour choisir si elles souhaitent ou non subir une mammographie de dépistage, plutôt que de leur prescrire cet examen systématiquement. C’est ce qu’on appelle la prise de décision partagée.

Que devraient-elles savoir avant de décider?

Elles doivent connaître les avantages, les préjudices et les limites de cette mesure. Par exemple, selon les données actuelles, le dépistage permet de sauver une vie dans 1 cas sur 1 000, chez les femmes de 50 à 74 ans. Près de 300 femmes sur 1 000 recevront un « faux positif », environ 40 subiront une biopsie non nécessaire, et 2 ou 3 seront victimes de surdiagnostic, c’est-à-dire que le cancer détecté n’aurait jamais eu de conséquences sur leur santé. Bien sûr, dans les cas de risque accru, on doit faire un dépistage plus souvent.

Comment s’assurer que la patiente est bien informée?

Nous suggérons que cette discussion ait lieu avec le médecin de famille. Il suffit de quelques minutes pour bien expliquer les pour et les contre. Mais on pourrait également améliorer le dépliant informatif qui est remis aux patientes en y spécifiant clairement que c’est leur décision qui est la bonne. Parce qu’elles la prendront en fonction de leurs préférences et de leurs valeurs, en ayant évalué les avantages et les préjudices.

À lire aussi: Santé du cœur: les bienfaits de la verdure

Impossible d'ajouter des commentaires.