Santé

Orteils-marteaux

« J’éprouve des douleurs intenses aux orteils et à l’avant-pied. À quoi est-ce dû ? »

Plusieurs maladies peuvent causer des douleurs à l’avant-pied. Le syndrome des orteils-marteaux est lié à la contraction plus ou moins flexible des orteils, souvent attribuable à l’arthrite ou à l’arthrose. Elle résulte d’une instabilité au moment de la propulsion de l’avant-pied pendant la marche : les orteils se contractent comme un chat qui s’agrippe au rebord d’une toiture. La friction des orteils contre la chaussure entraîne des cors douloureux sur le dessus des orteils.

Les personnes qui éprouvent une douleur sous la plante du pied la décrivent comme une sensation de brûlure qui apparaît à la suite d’une période de marche plus ou moins longue. Dans ce cas, on recommande le port de chaussures profondes ou très spongieuses ou l’utilisation d’orthèses plantaires qui procurent un grand soulagement. Cependant, si la douleur persiste et qu’elle apparaît même au repos, certaines opérations, sous anesthésie locale, peuvent être plus avantageuses (la période de réhabilitation est de courte durée).

Diagnostic erroné
C’est parfois à tort que certains patients se font dire que leurs douleurs aux orteils ou à l’avant-pied sont attribuables au syndrome des orteils-marteaux. Le diagnostic étant erroné, les semelles orthopédiques, que l’on prescrit souvent, apportent peu de soulagement. La personne peut alors être affligée de douleurs chroniques pendant plusieurs années.

Il existe un trouble assez fréquent mais souvent mal diagnostiqué : le névrome de Morton. Il s’agit de l’inflammation d’une jonction nerveuse au centre du pied. La douleur, ressentie dans les orteils, irradie parfois jusque sous la plante du pied. Elle entraîne souvent une contraction des orteils, qui cherchent à former un bouclier pour protéger l’avant-pied.

Les symptômes peuvent devenir intenses et provoquer une crampe ou une sensation de coup de poignard, de choc électrique ou de brûlure. En général, se déchausser apporte un soulagement. À l’inverse, le port de chaussures inadéquates ou trop étroites accroît les douleurs à coup sûr, de même que certaines activités très intenses (sport ou danse).

À noter que l’examen radiologique ne peut révéler la présence du névrome de Morton ; l’échographie et la résonance magnétique sont beaucoup plus utiles pour détecter la source du problème.

Les traitements
Décelé tôt, le névrome de Morton peut se résorber de lui-même à l’aide de coussins protecteurs, intégrés ou non à des orthèses plantaires, qui permettent à l’avant-pied de se relâcher. Si cela ne fonctionne pas, des injections de cortisone peuvent venir à bout d’un névrome de faible intensité. Pour les cas récalcitrants, on recommande l’opération – l’excision du névrome. La période de convalescence est la même que pour un orteil-marteau, soit de 4 à 6 semaines.

André Benoit, podiatre,  exerce à la Clinique de médecine podiatrique André Benoit, à Montréal.