Santé

Prévenir les varices

Existe-t-il des moyens pour éviter que ses jambes ressemblent un jour à une carte routière?


 

Même si on a des prédispositions familiales, la prévention peut empêcher que ses jambes ressemblent un jour à une carte routière. « L’exercice est essentiel », note la phlébologue Jacqueline David, fondatrice de la Clinique de varices qui porte son nom à Laval. « La marche, la natation et le vélo sont à privilégier. Ces activités facilitent le retour veineux en sollicitant les muscles du mollet. » Pour la musculation, on se limite à de petits poids qu’on soulève en position couchée. « Tout exercice qui bloque la respiration, par exemple lever des poids lourds, augmente considérablement la pression sur le système veineux », explique-t-elle.

Largement sous-utilisés, les bas de contention s’avèrent un excellent moyen de prévention, surtout pendant la gros­sesse. Ils sont conseillés aux femmes qui ont les jambes gonflées ou ayant des antécédents de thrombophlébite. Beaucoup plus esthétiques qu’auparavant, ils sont vendus dans les pharmacies et les magasins spécialisés. « Les modèles au genou doivent être bien ajustés : on place le talon au bon endroit et on les monte jusque sous le genou. »

Pour enfiler correctement ces bas, on surélève les jambes. Le moment idéal : au lever, quand les veines sont vides. Si on les enfile plus tard dans la journée, on garde les jambes à la verticale au moins deux minutes avant, en bougeant les orteils.

« Le début de l’hiver est une bonne période pour s’occuper de la prévention des varices, souligne la docteure David. On peut alors porter des bas élastiques. Si des varices ou varicosités sont apparentes, on peut établir un plan de traitement. Neuf séances, étalées sur cinq ou six mois, sont parfois nécessaires. Les hématomes laissés par les injections auront le temps de disparaître avant le retour de la saison des jambes nues. »