Santé

Quels sont les types de maux de tête les plus courants?

Pour soulager la douleur efficacement, il est important de savoir reconnaître le type de mal de tête dont vous souffrez.

Photo: iStock

Photo: iStock

Les céphalées de tension, ces maux de tête qui occasionnent une sensation de pulsation de chaque côté du crâne, sont un trouble très courant. Même chose pour les céphalées dues à la sinusite, qui sont habituellement accompagnées de fièvre. Les types de maux de tête sont multiples et tellement variés que les diagnostiquer peut littéralement donner… des maux de tête.

Il est primordial de savoir à quel mal de tête on a affaire avant de prescrire quoi que ce soit. « Certains traitements strictement réservés aux migraines peuvent vous nuire s’ils sont employés dans le mauvais contexte », explique la Dre Caroline G. Newman, médecin de famille à la clinique St Clair Medical Associates, à Toronto. Ce diagnostic crucial vous aidera, vous et votre médecin, à déterminer le traitement approprié.

Pour vous aider à reconnaître le mal qui vous afflige, voici en bref les quatre types de maux de tête les plus courants :

La céphalée de tension

Il s’agit des maux de tête les plus répandus, dont souffre environ 30 % de la population au pays. La douleur, sourde et constante, est ressentie à la tête, au crâne, à la mâchoire et au cou. Habituellement, une pression semble s’exercer des deux côtés de la tête. Sa cause reste inconnue, mais on rapporte qu’elle est le plus souvent provoquée par le stress.

Il existe diverses façons de réduire la douleur des céphalées de tension, comme l’application de compresses chaudes ou froides et la pratique de techniques de relaxation. Les massages thérapeutiques et les médicaments en vente libre peuvent également aider. Si le patient choisit de prendre un analgésique, « il doit absolument respecter la dose recommandée », prévient Brent Lucas, directeur administratif de Help for Headaches, un organisme à but non lucratif de London, en Ontario.

La migraine

Ceux qui souffrent de migraines ressentent habituellement une douleur aiguë et pulsative d’un seul côté de la tête, parfois accompagnée de nausées, de vomissements ou d’hypersensibilité à la lumière et au bruit. Selon une étude de Statistique Canada menée en 2011, environ 2,7 millions de Canadiens ont rapporté avoir déjà reçu un diagnostic de migraine, avec le plus grand nombre de crises répertoriées chez les personnes de 30 à 49 ans.

Les médicaments sur ordonnance les plus souvent prescrits pour les migraines? Les triptans. Ils agissent de façon à stopper la migraine et non à soulager la douleur, comme l’explique la Dre Newman. On peut aussi prévenir les migraines en adoptant de bonnes habitudes de vie, comme manger à heures fixes, faire de l’exercice, bien s’hydrater et dormir suffisamment, tout en évitant les éléments déclencheurs.

La céphalée due à une sinusite

Ce type de mal de tête survient souvent lorsqu’une infection (sinusite, rhume, virus de la grippe, par exemple) enflamme la membrane qui tapisse l’intérieur des sinus. Elle est habituellement accompagnée de fièvre. Si elle survient à cause d’une sinusite, elle peut être traitée par des antibiotiques et des décongestionnants.

Pour prévenir la céphalée due à une sinusite, il faut maintenir de saines habitudes de vie, avoir un bon système immunitaire, se laver les mains régulièrement et utiliser un humidificateur pendant la saison de la grippe.

La céphalée vasculaire de Horton

C’est un des types de maux de tête les moins répandus et les plus graves. Son origine est inconnue. Elle provoque une douleur fulgurante et lancinante derrière les yeux et tout autour, d’un seul côté de la tête. Les crises durent de quelques semaines à trois mois et peuvent se manifester quelques fois par jour durant cette période.

Le traitement devrait viser à diminuer l’intensité de la douleur, à prévenir les crises et à réduire leur durée lorsqu’elles surviennent. Votre médecin pourrait vous prescrire un traitement pour soulager immédiatement la crise, comme de l’oxygène en inhalation et un anesthésique local. Vous pourriez aussi songer à suivre un traitement préventif, comme la prise d’un inhibiteur calcique ou de comprimés de mélatonine.