Société

Enjeux féminins : petite histoire de l’émancipation lesbienne au Québec

Les filles ont mis du temps avant de sortir du placard. Mais enfin, elles l’ont fait. Les bisexuelles, les trans et autres non binaires ont pu leur emboîter le pas. Merci les filles !

Au Québec, l’émancipation lesbienne s’est déroulée dans une relative discrétion. Entre les amours clandestines des années 1960 et les duos de mamans d’aujourd’hui, il y a eu beaucoup de militantisme et de réflexion, mais rarement sur la place publique. « C’était condamné par l’Église, par la loi et par la médecine. L’homosexualité a été considérée comme une maladie jusqu’en 1973 ! » rappelle Line Chamberland, cotitulaire de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQÀM, et militante de la première heure. Encore en 2020, plusieurs homosexuelles préfèrent ne révéler leur orientation qu’à un cercle de proches, constate-t-elle. «Professionnellement, c’est déjà difficile de faire son chemin comme femme. Plusieurs lesbiennes ne veulent pas en rajouter », précise t-elle. C’est ce manque de visibilité qui a poussé la Montréalaise Florence Gagnon à fonder la plateforme Lez Spread the Word en 2012. Que ce soit dans le magazine LSTW ou la série web féminin/ féminin, l’organisme met de l’avant des modèles positifs de la diversité sexuelle. « Il faut montrer que ce n’est pas parce que t’es lesbienne que tu dois porter une chemise à carreaux ! Il y a différentes manières d’être lesbienne, bi ou trans. Plus il y a de modèles, plus les mentalités changent, moins on met les gens dans des cases stéréotypées. »

77 % des familles homoparentales québécoises sont composées de deux mères.

(Source : Ministère de la Famille du Québec, 2011)

1969
Parce que « l’État n’a rien à faire dans les chambres à coucher de la nation » – le premier ministre du Canada Pierre Elliott Trudeau décriminalise l’homosexualité, auparavant passible de 5 à 14 ans de prison.

1971
Création du Front de libération homosexuel, à Montréal. Des rafles policières continuent de viser les bars gais dans le but de « nettoyer » la ville pour les Jeux olympiques d’été de 1976.

1977
La Charte des droits et libertés de la personne du Québec interdit la discrimination basée sur l’orientation sexuelle.

2002
Victoire : les couples homosexuels québécois peuvent s’unir civilement. Deux papas ou deux mamans : la loi reconnaît la filiation des parents de même sexe, une revendication chère aux lesbiennes.

2004
Pour la première fois, la télévision américaine explore l’homosexualité au féminin avec la série The L Word. La suite (The L Word : Generation Q) fera elle aussi sensation en 2019.

2005
Le Canada légalise le mariage gai.

2012
L’autrice-compositrice-interprète Ariane Moffatt parle publiquement de celle avec qui elle partage sa vie. Aujourd’hui, le couple et ses trois enfants forment l’un des très rares modèles de famille homoparentale. Chapeau Ariane !

 

Note de l’équipe

Vous avez apprécié la lecture de ce reportage? C’est ce que nous souhaitons. L’équipe de Châtelaine travaille sans relâche pour créer des articles fouillés et pertinents pour vous informer et vous divertir.

Mais l’information n’est pas gratuite.

Nous vous encourageons à vous abonner à Châtelaine, si vous pouvez vous l’offrir. Une promotion fort alléchante est en cours en ce moment: 6 numéros pour 6 $. Votre abonnement nous permettra de continuer à vous proposer du contenu de qualité. Un grand merci!