Entrevues

Audrey Benoît : la séance photo

Pour cette séance, ce n’est pas le côté glam, mais bien le côté intello d’Audrey Benoît que l’on désire faire ressortir. On veut le point de vue de la femme qui a déjà été mannequin et qui, aujourd’hui, prend position sur le sujet et donne son opinion.


 

La maquilleuse Dany Cournoyer s’applique à mettre en valeur le visage d’Audrey. « Ce sera un maquillage très naturel, un brin rétro. Je vais surtout travailler les points de lumière et mettre ses yeux en valeur. »


 

La tendance est aux cheveux plus lisses et naturels, mais il faut quand même donner du volume à  l’ensemble, surtout aux racines. Entre deux rouleaux, la photographe Monic Richard vient saluer Audrey, avec qui elle a déjà travaillé.


 

Après quelques photos d’essai, l’équipe s’entend sur un point : les manches du chemisier sont trop longues !


 

La styliste Dominique Viens connaît très bien les goûts de l’invitée. « Elle aime porter des vêtements qui ont l’air d’être les siens. Il ne faut pas sentir qu’il y a une styliste derrière le choix vestimentaire », note-t-elle. Rapidement, les deux femmes s’entendent pour combiner cette veste bien coupée et une délicate blouse bleue. « J’adore cet ensemble ! C’est vraiment moi », souligne Audrey.


 

La collaboration entre Audrey et le coiffeur Alvaro date de près de 25 ans ! « Tout a cliqué rapidement entre nous, et elle est devenue une influence pour moi sur le plan de la création. C’est ma muse. »


 

Pour ne pas rendre la photo austère et tomber dans la caricature, l’équipe a opté pour l’utilisation d’un fond pâle, qui vient adoucir l’ensemble.


 

Légère retouche aux lèvres, et l’équipe peut reprendre la séance…


 

Est-ce Audrey ou la mannequin en elle qui pose pour Châtelaine ? « C’est moi, tout simplement. Je n’ai jamais vraiment fait de différence entre les deux. Pour Alvaro, par exemple, je suis modèle, mais c’est quand même Audrey », explique-t-elle.


 

Isabelle Salmon, directrice artistique, crée rapidement une fausse couverture pour voir le résultat de l’ensemble. Tout le monde approuve !


 

Pour l’intérieur du magazine, l’équipe prévoit publier des photos plus sobres que celle qui sera choisie pour illustrer la couverture. Pour cette raison, la styliste a proposé d’utiliser le même chemisier, mais en blanc.


 

Monic commence à prendre des photos, mais la tâche s’avère plus ardue. Elle explique : « Je cherche à faire ressortir le côté intello d’Audrey, mais avec l’élégance. La position assise pose problème, car la gestuelle est plus limitée et la posture, plus fermée. »


 

Après quelques essais, la photographe et la mannequin en viennent à la même conclusion : il faut changer de position. Non seulement on n’arrive pas à faire ressortir les émotions désirées, mais, en plus, les vêtements tombent mal et se plissent.


 

Dans les escaliers, ça ne va pas non plus, car les barres de métal prennent trop de place dans la photo : il va falloir trouver autre chose !


 

Le résultat final ! Et, pour l’intérieur du magazine, vous devrez feuilleter l’édition de février 2010 pour savoir quelle autre photo a été retenue !

DÉPOSÉ SOUS: