Entrevues

Nadine Bismuth

« Je vis par et pour l’écriture et je ne me verrais pas faire autre chose… »

Monic Richard

En septembre, TV5 diffusera En thérapie, qu’elle a adaptée de la série israélienne Be’Tipul (In Treatment, en version américaine). Elle a publié un roman et deux recueils de nouvelles, primés tous les deux. Mais elle traduit (uniquement des auteurs qu’elle aime, comme Jonathan Franzen), scénarise (parfois avec Podz), fait de la webradio, écrit à l’occasion dans les médias. Bref, à 36 ans, Nadine Bismuth est une fille de sa génération, allumée, dégourdie, sensible aux autres.

« Je m’étais régalée en suivant In Treatment, cette série-culte où on découvre la joute entre psy et patients. En m’appropriant les personnages, je leur ai prêté une voix qui est un peu la mienne », confie la jeune écrivaine.

Et ça se bouscule sur sa planche à dessin. Avec Stéphane Bourguignon, elle travaille à un scénario, Les eaux douces, un road movie à la Thelma et Louise. Et en même temps, elle planche sur un scénario mettant en scène une femme d’affaires narcissique et contrôlante qui réussit tout, sauf sa relation avec son amoureux, qui la quitte. Elle décide de se venger…

En attendant, pour goûter à son style irrésistible, on écoutera (sur le site Web de Radio-Canada) Un bébé pour Noël, sa fiction en 10 épisodes de cinq minutes.

Elle qui avoue ne pas être une « fonceuse » trouve qu’elle a beaucoup de chance. « Je vis par et pour l’écriture et je ne me verrais pas faire autre chose… »