Lâchée lousse

Roses des Andes: deux têtes dures dans le désert

Quel genre de fille rêve de passer deux semaines dans le désert argentin, en compagnie d’une amie, d’une jeep et d’une boussole? Ce genre-là.

rosedesandes-2filles

Officiellement, elles forment l’équipage 86. Officieusement, elles sont les Fées des Andes. Toutes deux ont élevé deux enfants aujourd’hui adultes. Danielle est coordonnatrice en informatique, Sylvie est traductrice pigiste. Leurs enfants devenus grands, elles parsèment leur vie d’expériences et d’aventures petites et grandes. Danielle fait de l’agilité canine et de la moto, Sylvie de la danse orientale et du qi gong. Ensemble elles ont fait une randonnée de 10 jours à dos de dromadaires dans le Sahara mauritanien en 2010. «La pantouflardise me guette, dit pourtant Sylvie. Pour la combattre, je me donne des coups de pied au derrière, même à coup de pantoufles!»

Sylvie avait son permis de conduire depuis peu quand elle a vu un documentaire sur le Trophée Roses des Sables (qui a lieu au Maroc tous les ans). «Le désert, le 4 x 4, la solidarité entre filles, ça m’a fait envie.» Elle a appelé sa copine Danielle, bonne conductrice avec expérience hors piste, fonceuse qui n’a pas peur des défis et incapable de lâcher une fois qu’elle a entrepris quelque chose, qualités parfaites pour une coéquipière…

C’était en 2013. Depuis, elles ont passé presque deux ans à préparer leur aventure. Financement (beaucoup, beaucoup de boulot, elles ne sont millionnaires ni l’une ni l’autre), achat d’équipement, initiation à la boussole. Aujourd’hui, l’excitation monte, la tension aussi. Deux semaines avant le départ, il reste encore beaucoup à faire. Boucler les dossiers au travail, acheter les derniers trucs qui manquent (Sylvie est allée chercher une nouvelle boussole hier), essayer de tout caser dans le sac à dos sans exploser la limite de poids.

«J’ai hâte de chercher le cap, dit Sylvie. De voir Danielle au volant. Il va y avoir des moments difficiles, on le sait. Mais on sait aussi qu’on va y arriver. Et que ce sera extraordinaire.»

Pour écrire à Louise Gendron: louise.gendron@chatelaine.rogers.com

Pour réagir sur Twitter: @lou_gendron