Léa & Louise

Léa et les moches

On la prend comment, cette revanche?

Lea et Louise hires

Chère Léa,

Tu sais que tu m’impressionnes ?

J’ai assisté avec plaisir au lancement de La revanche des moches, ton premier livre — premier, car je soupçonne qu’il y en aura d’autres !

Il m’a permis de mieux te connaître. Tu as eu l’audace de mélanger les genres. Ton livre est moitié récit personnel, moitié compte-rendu des recherches documentaires que tu as faites sur le sujet et moitié bouquet d’entrevues avec des danseurs, des comédiens, des penseurs, des auteurs, des féministes, sur la question de la beauté et du rapport que l’homo sapiens contemporain entretient avec son apparence. Ces trois moitiés forment un tout un peu touffu dans lequel on plonge avec intérêt.

Non ce n’est pas simple, le rapport à l’apparence, à la beauté. Et ce l’est de moins en moins. Récemment, Mariette Julien, professeure à l’École supérieure de mode, rattachée à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM a donné une entrevue à ma collègue Mylène Tremblay. Elle relevait que jusqu’au début du siècle dernier, on passait toute sa vie à ne montrer aux autres à peu près rien d’autre que son visage et ses mains. C’est bien pratique pour cacher les petits et gros défauts.

Mais nous, on ne peut plus camoufler nos bedons, nos vergetures et nos poils disgracieux sous les jupes longues, les crinolines, les corsets et les faux-culs…  À une époque, en plus, où, comme tu le relèves justement, nous sommes bombardées de plus en plus d’images de plus en plus fausses. Est-il étonnant que la tête nous tourne un peu ? Même quand, comme Mitsou, on est un idéal de beauté pour presque toutes les femmes.

Et même quand, comme toi, on a beaucoup lu et beaucoup réfléchi sur le sujet… Je te regardais évoluer, heureuse et fière (avec raison) entre les dizaines de gens venus te saluer pour ton lancement. Avec ta taille fine moulée dans une robe courte, tes talons vertigineux, tu étais magnifique. Tu es consciente du paradoxe, j’en suis certaine. Mais je suis curieuse de savoir comment tu concilies tout ça…

Et je me demandais : une fois le sujet creusé, la réflexion entamée, nous reste encore, nous les moches que nous sommes tous, à la prendre cette revanche.

On fait comment ?

Louise

Photo de VLB Éditeur

Soirée de lancement de La revanche des moches (VLB Éditeur)