Léa rencontre Sarah-Jeanne Labrosse

Entretien avec une fille qui a un cran incroyable.

 

Lea-et-Louise-hires

J’ai connu Sarah-Jeanne Labrosse il y a près de quatre ans. On s’était écrit un petit mot sur Facebook.

–     Salut!
–     Hey!
–     J’aimerais ça te connaître!
–     Oui, moi aussi 🙂

On était des ados du même âge. On sentait qu’on avait quelque chose à se dire. Pour une raison inconnue, bien mystérieuse, on a eu envie de se rencontrer. Chose dite, chose faite. J’ai pris le thé avec la jeune comédienne. On a jasé des heures. Inspirée par son charisme et son aura, j’ai proposé à Sarah-Jeanne de faire un petit film. Quelques mois plus tard, je réalisais Sandra, un court-métrage s’intéressant au parcours d’une ado prête à tout pour plaire.

Les années ont passé. Je vois Sarah devenir une femme. Son talent d’actrice est indubitable. Son charisme crève l’écran quelque chose de rare. Ce qu’il y a de sublime en elle? Un mélange parfaitement dosé entre candeur et intelligence vive. Cette fille a un cran incroyable. Et je l’aime.

 

La femme qui vous a inspirée?
Ma mère.

Ce qui vous révolte?
Le mépris.

Ce qui vous donne espoir?
Les rêves.

Quest-ce que la beauté pour vous?
Un état d’âme.

Quest-ce que la féminité?
Un état d’âme.

Sarah-Jeanne Labrosse (Photo : Andréanne Gauthier)
Sarah-Jeanne Labrosse (Photo : Andréanne Gauthier)

Quest-ce que vous avez envie de léguer aux filles des nouvelles générations?
Une confiance inébranlable en leur valeur personnelle.

Quels enjeux sociaux sont les plus préoccupants pour lavenir?
La problématique de l’image corporelle de la femme et la violence faite aux femmes, pour ne nommer que ceux-là.

Quel est votre plus grand rêve?
Prendre le contrôle du marché de la pub et changer l’image qui nous est envoyée.

Quels sont les principaux défis qui attendent les femmes?
Continuer de se faire entendre malgré le fait que plusieurs barrières ont heureusement déjà été franchies.

Quest-ce que vous a appris votre mère?
Être toujours curieuse. M’habiller comme je veux chaque jour même si la suite n’est pas toujours logique…

Qui est votre auteure préférée?
Je ne sais pas encore. Amélie Nothomb me vient en tête.

Quelle est lœuvre qui vous a le plus marquée?
Pour aller en ce sens, j’irais avec La Biographie de la faim. Par contre, j’ai trop peu lu, j’espère bien changer cette habitude et prendre le temps de lire davantage.

Pourquoi être devenue comédienne?
Du plus loin que je me souvienne, je voulais l’être. J’ai toujours voulu jouer. J’aime forcer mon corps à ressentir instantanément des choses qu’il ne ressentirait pas autrement.

Comment votre personnage, Laurence dans Unité 9, vous ressemble?
Par sa sensibilité, sa fragilité sous-estimée. Laurence est loin de moi dans ses réactions, mais son cœur est aussi facilement atteignable que le mien.

Vous êtes aimée des adolescentes, quel genre de modèle êtes-vous pour elle?
À elles de me le dire! Je n’ai rien changé à ma personne entre le avant et le après. Par contre, j’aime et j’ose penser que je suis un exemple de confiance en soi, d’autodérision et de grands rêves.

Sarah-Jeanne Labrosse (Photo : Andréanne Gauthier)
Sarah-Jeanne Labrosse (Photo : Andréanne Gauthier)

Quelle est votre plus grande qualité?
L’optimisme en tout temps.

Quel rôle rêveriez-vous de faire?
Je rêve de jouer ce qui est le plus loin de moi. Une anxiété palpable, un trouble de la parole, une amertume. Et pourquoi pas l’autre extrême, une super héroïne! J’aimerais avoir à jouer le passage de la jeunesse vers l’adulte dans toutes ses complexités.

Voulez-vous devenir maman?
C’est une certitude que j’ai depuis mon plus jeune âge et qui ne fait qu’augmenter avec l’âge.

Pourquoi avoir débuté le projet du Foulard réconfort?
Par désir d’occuper les journées plus tranquilles avec un projet qui m’emballe. Pour découvrir mon côté femme d’affaires en m’efforçant de gérer une petite entreprise par moi-même. Pour créer de mes mains et partager cet amour du tricot.

Quels projets vous attendent?
Au moment où j’écris ces lignes, 3 séries, 2 films, des amitiés à entretenir, un couple à aimer, l’automne, le froid, des rénovations à la maison, des films à écouter, des livres à lire. Mais tout est porté à changer, toujours.

 

Pour en connaître plus sur le Foulard réconfort, la compagnie de Sarah-Jeanne Labrosse, cest ici.

Impossible d'ajouter des commentaires.