Léa & Louise

Les femmes font de meilleurs boss. Pourquoi?

Parce qu’elles prennent de meilleures décisions, tiens...

Lea-et-Louise-hires
Non, ce ne sont pas des méchantes féministes obsédées par le pouvoir qui le disent. Mais de sérieux chercheurs en gestion et administration qui étudient la question depuis des années.

Parmi leurs conclusions :

  • Une seule femme admise au conseil d’administration d’une entreprise diminue de 20 % les risques de faillite, selon Fiona Wilson de l’Université de Glascow.
  • Les entreprises qui comptent une bonne proportion de femmes sur leur CA font de bien meilleures affaires (une hausse de 66 % du retour sur investissement, par exemple !), selon l’économiste Lois Joy.

Pourquoi?

Au moment de prendre une décision, les femmes pensent aux actionnaires, aux clients, aux employés, à tous les groupes impliqués, dit Chris Bart, prof de gestion à l’Université McMaster, qui a publié l’an dernier les résultats d’une étude sur la  question. Elles n’ont pas peur de brasser la cage et de chercher des solutions moins habituelles mais plus adaptées à la situation alors que les hommes se préoccupent de suivre les règles et les traditions.

Istockphoto

Istockphoto

Pourtant, les femmes occupent moins d’un siège sur 6 dans les conseils d’administration au Canada, selon Catalyst, une ONG qui s’est donné comme mission d’aider les femmes à prendre leur place partout sur le marché du travail.   Parmi les 500 plus grandes entreprises canadiennes (classées par le Financial Post), 4 sur 10 se contentent d’un CA tout masculin. C’est pareil aux Etats-Unis, et dans la majorité des pays d’Europe.

Le regroupement américain 2020 Women on Boards vise à atteindre 20 % de femmes sur les CA américains d’ici 2020. Il publie un palmarès des grandes entreprises américaines selon leur performance à ce chapitre.

Parmi les cancres qui n’ont pas trouvé de femmes assez compétentes pour siéger sur leur conseil : Burger King, Del Monte, Warner Music.

Chez Urban Outfitters, on a réussi à en a trouver une : l’épouse du PDG.

Misère.

 

Louise