Léa & Louise

Les lesbiennes qui parlent

Sommes-nous vraiment ouverts à la différence?

Lea et Louise hires

Chère Louise,

As-tu des amies lesbiennes, toi?

Moi non, mais je lis la chroniqueuse Judith Lussier, qui s’est récemment mise à écrire à propos de sa réalité. Ses interventions m’ont ouvert les yeux sur l’univers lesbien, que je ne connaissais tout simplement pas. Puis, il y a eu cette magnifique campagne vidéo menée par le ministère de la Justice pour lutter contre l’homophobie : êtes-vous vraiment ouverts? Ariane Moffatt a également reçu le Prix lutte contre l’homophobie 2013 décerné par la Fondation Émergence. Mine de rien, ça fait quelques sorties et prises de position qui font avancer les mentalités au Québec.

Et maintenant Chloé Robichaud, la cinéaste douée (Sarah préfère la course), lance une magnifique websérie, Féminin/Féminin, sur la plate-forme interactive Lez Spread the word. Pas de doute, on cherche ici à déconstruire les stéréotypes véhiculés sur les lesbiennes. Non, elles ne sont pas forcément «masculines». Oui, la série défait l’image simpliste véhiculée de la «butch».

J’ai visionné le premier épisode. On s’attache à plusieurs amies en quête existentielle et amoureuse. Déjà, j’y vois quelque chose de formidable. Chloé Robichaud réussit à raconter la vie «ordinaire» de lesbiennes sans porter un regard victimisant ou moralisateur. Jamais je n’ai eu l’impression d’écouter une série sur les lesbiennes.  C’est drôle, intelligent et sympathique. En plus, ça sensibilise. On a souvent des idées préconçues sur ce qui est. Féminin/Féminin a le mérite de nous sortir de nos préjugés.

Bizarrement, j’ai l’impression que les lesbiennes ont été plus discrètes sur la place publique dans les vingt dernières années. Pourquoi? Je ne saurais dire, mais des Chloé, des Judith et des Ariane font du bien. Pour s’ouvrir à la différence, il faut d’abord commencer à parler, comme le fait Chloé.

Léa

FÉMININ/FÉMININ

FÉMININ/FÉMININ