Photoreportages

Costa Rica : « ¡ Pura Vida ! »

« ¡ Pura Vida ! » est une expression locale du Costa Rica qui peut se traduire par : « profiter des richesses qu’offre la vie ». Les habitants l’utilisent pour saluer les touristes, mais c’est lorsqu’on découvre les nombreuses richesses de ce pays qu’elle prend tout son sens.


 

Isla Tortuga

Les fonds marins du Costa Rica réservent de belles découvertes. On peut y observer des dizaines d’espèces de poissons tropicaux et même – avec un peu de chance – des tortues.
En route vers Isla Tortuga (île de la Tortue), un guide a profité de la pause snorkeling pour présenter aux touristes des poissons-ballons.


 

Isla Tortuga

Très affectés par la déforestation et le commerce illégal, les aras se font rares au Costa Rica. Celui-ci, apprivoisé, est habitué aux appareils photo et n’hésite pas à présenter son meilleur profil aux touristes qui visitent Isla Tortuga !


 

Montezuma

Le soleil se lève sur Montezuma, ancien village de pêcheurs de la péninsule de Nicoya. Dans les années 80 et 90, les hippies y venaient pour profiter des bas prix et des magnifiques plages. Nombreux s’y sont établis et offrent aujourd’hui aux touristes un vaste choix de restaurants et d’hôtels.


 

Après une journée à se prélasser au soleil, on se laisse tenter par une bonne Imperial, bière locale du Costa Rica. Cette blonde de type lager est parfois servie sur glace pour la rendre encore plus fraîche.


 

Mal Pais

Au sud-ouest de la péninsule de Nicoya s’étend la région de Mal Pais, dont les vagues attirent les surfeurs depuis les années 70. Au début et à la fin du jour, l’océan se transforme en terrain de jeu alors qu’en journée, les palmiers sont parfaits pour se cacher du soleil.


 

Mal Pais 

Pour une soixantaine de dollars, on peut louer un VTT pour une journée… Une bonne manière de découvrir des endroits moins fréquentés par les touristes… comme cette plage déserte.


 

Arenal 

Plus jeune volcan du Costa Rica, l’Arenal est en éruption continue depuis le 29 juillet 1968. Pour entendre son grondement et voir des traînées de cendre, on se rend à la fin du sentier pédestre aménagé à cet effet. En soirée, si le ciel est dégagé, on profite d’un tour guidé pour observer les éruptions de lave.


 

Arenal

Situé au pied du volcan Arenal, le lac du même nom a été créé en 1974 pour répondre aux besoins en énergie. Un barrage construit en 1979 l’a considérablement élargi, faisant de lui le plus grand lac du pays. Les installations hydroélectriques qui s’y trouvent permettent de répondre à 70 % des besoins du pays.


 

Arenal

Si le temps n’est pas une contrainte, il faut absolument prendre quelques heures pour faire le tour du lac Arenal. En plus d’y trouver de splendides points de vue, on aura peut-être la chance d’être freinée par une bande de coatis, de jolis petits mammifères semblables à des ratons laveurs.


 

Les crocodiles, dont le nombre avait dangereusement baissé il y a quelques années, sont aujourd’hui très nombreux dans les rivières du Costa Rica en raison des programmes de protection qui ont été instaurés. Plusieurs tours guidés offrent la possibilité de les observer. Toutefois, pour éviter que les baigneurs ne se fassent attaquer, des panneaux comme celui-ci sont installés dans les zones à risque.


 

Parc national Tenorio

La rivière Rio Celeste, attraction du parc national Tenorio, doit sa couleur aux nombreux minéraux qui se dissolvent dans son eau. Sa beauté est si remarquable qu’un dicton local dit : « Quand Dieu termina de peindre le ciel en bleu, il rinça ses pinceaux dans le Rio Celeste. »


 

Les capucins sont nombreux dans les parcs nationaux du Costa Rica. Habitués à la présence de touristes, ces singes sont audacieux et ne se gênent pas pour fouiller les sacs laissés sans surveillance !


 

L’éducation est gratuite et très importante pour les Costaricains, qui se vantent d’avoir plus d’enseignants que de policiers. Le pays a d’ailleurs un taux d’alphabétisation de 93 %, le plus haut en Amérique latine. L’espagnol, la langue officielle du Costa Rica, est enseigné dès la maternelle.


 

Parc national de Cahuita

Le parc national de Cahuita s’étend le long d’une magnifique plage de sable blanc de la côte des Caraïbes. Pour se rendre à la plage et y faire une halte rafraîchissante, on n’a qu’à suivre le sentier, en prenant soin de ne pas marcher sur les crabes, omniprésents !


 

Puerto Viejo

À Puerto Viejo, il ne coûte que 5 $ par jour pour louer un vélo. En une trentaine de minutes, on arrive à Manzanillo, petit village voisin. Sur la route, on tend l’oreille et on ouvre les yeux pour repérer singes et oiseaux exotiques qui se cachent dans les arbres.


 

Plus de 25 % du territoire du Costa Rica est occupé par des parcs nationaux et des réserves. Ceux-ci abritent plus de 130 espèces de serpents, qui ne se montrent que rarement. Celui-ci serait d’ailleurs passé inaperçu s’il n’avait pas été se reposer sur cette fleur d’un rouge éclatant.