Société

Vacances familiales dans le Maine

La tradition de la famille Paquette.

Les trois sœurs – Joëlle,  5 ans, Justine, 7 ans, Virginie, 13 ans – et leur maman, à Goose Rocks Beach.

Les trois sœurs – Joëlle,5 ans, Justine, 7 ans, Virginie, 13 ans – et leur maman, à Goose Rocks Beach.

Une semaine dans le Maine à faire… la même affaire !

Chez les Paquette, la deuxième semaine d’août est sacrée. Toute la famille monte à bord de la fourgonnette. Papa au volant, maman à sa droite, les trois sœurs et leurs chums cordés à l’arrière, les bagages paquetés sur le toit. Direction : le Maine.

« C’est un peu comme dans le film La vie aquatique, de Wes Anderson, plaisante Joëlle, la benjamine. On fait jouer des vieilles tounes et on chante à tue-tête ! »

Ses frangines et elle n’étaient même pas nées quand tout a commencé. C’était il y a 38 ans. Leurs parents s’étaient offert une virée en gang à Ogunquit. « Ma mère n’avait jamais vu l’océan. Elle qui n’aime pas l’eau a eu la frousse en se promenant sur la plage, la nuit avec mon père. La veille, ils avaient vu Jaws au cinéma ! » évoque la jolie blonde.

Les années suivantes, les tourtereaux y sont retournés régulièrement. Puis ils ont eu Virginie, Justine et Joëlle (qui ont aujourd’hui 32, 26 et 24 ans). Et la tradition des vacances estivales dans le Maine a pris racine. D’abord dans des motels à Goose Rocks Beach, une plage protégée. Puis en camping à Kennebunkport. « Comme on allait à l’école privée, je suppose que mes parents voulaient économiser. » Joëlle se souvient d’une époque un peu tendue. Imaginez : trois ados avec leurs trousses de beauté, fâchées d’être séparées de leurs copines et contraintes de chiner chez les antiquaires les jours de pluie (« Mes parents sont mordus, mais n’achètent jamais rien ! »). Sans parler du paternel qui leur dictait la façon de monter la tente. « On emmêlait les cordes, on s’enfargeait dedans, il y avait plein de moustiques », rigole Joëlle.

Avec le temps, les chums se sont ajoutés et les tentes, multipliées. Et quand la petite dernière a terminé son secondaire, la mère a annoncé le début d’une nouvelle ère : fini le plein air, vive le chalet à Wells !

Mais les activités, elles, sont restées. « Mes parents aiment la routine, dit Joëlle. Nous, on est plutôt aventureuses. On a chacune une vie trépidante. C’est le seul moment de l’année où on accepte de faire les mêmes affaires, quasi dans le même ordre – les outlets à Kittery, une journée à Portland, le déjeuner aux beignes, la tournée des antiquaires (c’est rendu qu’on aime ça !) » Une année, les filles ont voulu faire différent (roulement de tambour) : visiter Boston. « On s’est perdus. Quand on a abouti là-bas, tout était fermé. Après, on n’a plus jamais dérogé au programme ! »

Autant elles ont pesté, plus jeunes, contre ces immuables vacances familiales, autant elles les chérissent aujourd’hui. Elles redeviennent des gamines, se jouent des tours pendables, rient aux larmes. « Il y a quelque chose de rassurant. Pendant une semaine, plus besoin de penser à rien ni d’innover. C’est comme mon Nouvel An, je fais le bilan, face à la mer », conclut Joëlle.

maine-voyage-montage-2

Dans l’ordre:

1) Premières vacances dans le Maine pour bébé Virginie.

2) Grosse sortie : un verre à Portland avec les chums !

3) Les trois Grâces, à Moody Beach.

4) Au resto avec les parents, à Portsmouth.

5) Joëlle, 12 ans. Séance de photos « mannequin » sur la plage.