Vie pratique

Couture : comment raccommoder ses vêtements

Nos vêtements finissent toujours par montrer des signes d'usure, peu importe la façon dont on en prend soin. Un ourlet défait, un accroc dans le tissu, ça se reprise à la main... et bien plus facilement qu’on le pense.

Trousse couture

Photo : Erik Putz. Styliste : Tricia Hall

Trousse à couture : les outils

On s’équipe de bons outils pour effectuer les travaux de couture à la main.

  1. Épingles à couture
    Elles maintiennent le tissu en place pendant le travail.
  2. Ciseaux
    Les petits ciseaux pointus servent à couper les fils.
  3. Ruban à mesurer
    Un galon à mesurer flexible est indispensable. Les modèles rétractables sont pratiques pour le rangement .
  4. Découseur
    Ce crochet tranchant permet de défaire les coutures sans endommager le tissu.
  5. Fil de couleur neutre
    À défaut d’acheter l’arc-en-ciel complet en bobines de fils, on garde toujours en réserve une nuance neutre qui s’accorde avec tout. De petites quantités de laine sont utiles pour raccommoder les tricots.
  6. Aiguilles à coudre
    On a besoin d’une variété de grosseurs (numérotées de 1 à 12), choisies en fonction des épaisseurs de tissus à travailler. Plus le chiffre est élevé, plus l’aiguille est fine. On pense aussi à ajouter des aiguilles à repriser pour les pulls et les chaussettes.
  7. Anti-effilochage
    Ce liquide scelle les coutures et empêche les tissus de s’effilocher.

Les points de base

Avec les trois points illustrés ci-dessous, on peut réparer presque tout à la main, sans machine à coudre.

Point avant

Broderie : Ashley Wong. Photo : Erik Putz

Point avant

Il consiste à piquer l’aiguille à travers le tissu, à intervalles réguliers. Le fil passe alternativement du dessus de l’étoffe à son envers. Ce point est utile pour faire des ourlets.

Point arrière

Broderie : Ashley Wong. Photo : Erik Putz

Point arrière

Il sert à renforcer la couture en doublant le point avant. C’est le point qui ressemble le plus à celui de la machine à coudre.

Point de surjet

Broderie : Ashley Wong. Photo : Erik Putz

Point de surjet

Ce point a de nombreux usages. Il est indiqué pour faire des ourlets simples, empêcher un bord de s’effilocher ou encore assembler deux morceaux de tissu de façon décorative – dans ce cas, on utilise un fil de couleur contrastante. On procède en piquant l’aiguille en diagonale à travers les deux pièces d’étoffe, puis on fait passer le fil par-dessus le bord du tissu.

Couture

Photo : Arounna Khounnoraj

Cachet artisanal

L’artisanat est dans l’air du temps et le fait main a la cote. Au lieu de camoufler les points de couture et les empiècements (patchs), exposons-les à la vue de tous ! C’est une belle façon de transformer des vêtements usés ou déchirés en œuvres d’art uniques… tout en participant à l’économie circulaire.

Ces réparations bien en évidence s’inspirent du sashiko, une technique de broderie japonaise créée à l’origine pour réparer des accrocs et rapiécer des textiles troués. Un excellent moyen de prolonger la vie des vêtements aimés et de donner du style. « Les pièces sont porteuses d’une histoire. On se dit de plus que leur propriétaire se soucie de la planète, en évitant d’envoyer ses fringues dans les décharges », fait savoir Arounna Khounnoraj, cofondatrice du studio-boutique torontois Bookhou, où les œuvres d’art et les accessoires en textile sont à l’honneur. Elle est aussi autrice du livre Visible Mending, qui illustre étape par étape des projets de bricolage amusants. Son compte Instagram @bookhou déborde d’idées de broderies et de reprisages, clairement expliquées à l’aide de vidéos.

couture

Broderie : Ashley Wong. Photo : Erik Putz

Ateliers virtuels et tutoriels

Des suggestions pour accompagner nos initiatives de raccommodage :

Atelier B Catherine Métivier, cofondatrice de la marque de mode durable montréalaise, propose un cours en présentiel de deux heures. On y apprend à faire un bord de pantalon, coudre un bouton… et donner de l’amour à nos fringues (68 $. atelier-b.ca)

Club tissus Cette chaîne québécoise de mégamerceries nous initie à l’univers de la couture à la main et à la machine avec une série de 6 cours de 4 heures dans sa succursale lavalloise (370 $ + taxes. Inscriptions : thefabricclub.ca)

Gaia & Dubos La griffe québécoise créée par Léonie Daignault-Leclerc est une marque de mode responsable. Conséquente dans sa démarche, la designer offre une série de huit cours de couture, « Réparations à la main », sous forme de vidéos en ligne (28 $. gaiaetdubos.com).

La Gentle Factory Changer un fond de poche, repriser une déchirure… tellement facile, avec les courtes capsules vidéo réalisées par cette marque de mode française écoresponsable. Les explications sont écrites avec clarté sur les images (sur YouTube).

Restons connectées

Recevez chaque jour de la semaine des contenus utiles et pertinents : des recettes délicieuses, des articles astucieux portant sur la vie pratique, des reportages fouillés sur les enjeux qui touchent les femmes. Le tout livré dans votre boîte courriel à la première heure !

DÉPOSÉ SOUS: