Vie pratique

Piqûres d’insectes : prévenir et guérir

Les beaux jours sont à nos portes… comme les nuées de bibittes qui les accompagnent ! Si bien des piqûres et des morsures sont bénignes, d’autres peuvent occasionner des réactions plus graves. D’où l’importance de bien se protéger.

Comment s’en prémunir

Premier conseil : pour éviter les piqûres de maringouins, de guêpes, ou encore les morsures de tiques, « on porte des vêtements longs », dit Breanna Leheta, pharmacienne chez Jean Coutu, à Brossard.

Il fait trop chaud pour enfiler un pull ? On se tourne vers le chasse-moustique. Les insectifuges contenant du DEET ou de l’icaridine sont à privilégier puisqu’ils sont les seuls à offrir aussi une protection contre les morsures de tiques.

« Après la baignade ou si on est trempé par la pluie, ou encore si on sue beaucoup, il faut en réappliquer », souligne Marie-Ève Beauchemin, infirmière au CISSS de la Montérégie-Centre. Pour une efficacité maximale, on en met non seulement sur la peau visible, mais également sur ses vêtements.

« Il est préférable d’éviter les crèmes solaires parfumées qui peuvent attirer les insectes », prévient Breanna Leheta. Il en va de même pour la bière et les aliments sucrés, qu’on tente de garder dans des verres et des contenants refermables.

Comment les soulager

On applique d’abord des compresses d’eau froide sur la piqûre. Apaisement assuré ! S’il y a des démangeaisons, on se plonge dans un bain d’avoine colloïdale. « Le pharmacien peut aussi nous recommander une crème d’hydrocortisone, qui a un effet anti-inflammatoire », indique Breanna Leheta.

Les démangeaisons sont très intenses et la piqûre enfle un peu ? « Un antihistaminique de deuxième génération, comme Reactine et Claritin, provoquera moins de somnolence que le Benadryl », précise Marie-Ève Beauchemin.

Pour les piqûres d’abeilles, il faut enlever le dard rapidement en le repoussant à l’extérieur de la peau à l’aide d’un objet non tranchant, comme une carte de crédit. La pince à épiler n’est pas recommandée : elle peut faire en sorte que l’aiguillon libère son venin. On applique ensuite de la glace, « mais pas plus de 15 minutes à la fois et jamais en contact direct avec la peau », explique Breanna Leheta.

Quels symptômes surveiller et quand consulter ?

Chaque jour, on surveille l’état de ses piqûres, qui devraient disparaître en moins d’une semaine. « La rougeur s’étend, l’enflure augmente ou la douleur s’accroît ? C’est peut-être le signe d’une infection », avertit Marie-Ève Beauchemin. Elle recommande alors d’aller se faire examiner par un médecin.

« Si on commence à avoir un mal de ventre, des nausées, des difficultés respiratoires, une enflure au niveau des lèvres ou une impression de faiblesse, on consulte sans attendre », affirme Breanna Leheta. Ces symptômes pourraient indiquer une réaction allergique grave.

En randonnée, mieux vaut tout de suite remettre le cap sur la civilisation en cas de piqûre de guêpe ou d’abeille. C’est dans l’heure qui suit qu’une réaction allergique risque de survenir. On profitera de la promenade une autre fois