L'humoriste Rosalie Vaillancourt: les révélations d'une enfant roi

Ne nous fions pas à son allure de fillette. Rosalie Vaillancourt fait son entrée dans la cour des grands de l’humour avec son tout premier one-woman show.

 
Photo: Emilie Hébert

«T’es donc ben jeune!» me lance Rosalie Vaillancourt d’un ton enjoué. «Châtelaine… je m’attendais plus à une madame.» L’humoriste de 26 ans présentera son premier one woman show, Enfant roi, dès novembre, partout au Québec. «J’ai hâte, d’autant plus que je suis capable depuis peu de rester sur scène pendant une heure et demie sans faire de pause pour manger une barre tendre.»

Avec un père juge et une mère vétérinaire, Rosalie n’a pas manqué d’amour, de règles, ni de cadeaux. «Dans le spectacle, je me demande si c’est possible d’être une bonne personne malgré tous ces privilèges.»

Son allure de fillette et sa voix flûtée ne l’empêchent pas d’aborder des sujets plus intimes. Elle y parle de sa rupture avec l’humoriste Pierre‑Yves Roy-Desmarais, des messages haineux qu’elle reçoit sans cesse sur les réseaux sociaux et de son désir de maternité.

«J’ai peur de devoir faire un choix entre ma carrière et ma famille. C’est tellement injuste! Tsé, François Bellefeuille n’a pas à demander la permission à son gérant pour avoir un enfant. Il va juste avoir 30 minutes de matériel de plus, pendant que moi, je vais être occupée à cicatriser», ironise-t-elle.

En attendant d’avoir à jongler avec ces deux projets, Rosalie planifie de faire voyager son spectacle au Canada… et rêve déjà de la France!

Enfant roi. À Montréal les 12 et 13 novembre, à Trois-Rivières le 16, à Sainte-Foy le 20. D’autres dates au rosalievaillancourt.com.

À lire aussi: Janet Werner, une peintre montréalaise à découvrir

Impossible d'ajouter des commentaires.