Marie-Chantal Perron: tête-à-tête avec une femme passionnée

Actrice de grand talent et artiste jusqu’au bout des doigts, Marie‑Chantal Perron n’attend jamais qu’on lui offre un projet pour créer: elle fonce! Elle accumule les rôles marquants, tant au cinéma qu’au théâtre et à la télé. Elle incarne d’ailleurs cet hiver encore la touchante IPL Madeleine, dans la télésérie Unité 9. Elle parcourra aussi le Québec cette année, en tournée avec les pièces Tanguy et Les voisins. Marie-Chantal Perron nous accueille gentiment avec du thé dans sa chaleureuse maison de ville, là où, pour elle, il est toujours bon de revenir.

 
Photo: Martine Doucet

Une passion qu’on ne me connaît pas ou dont je parle peu
Je n’ai aucune passion cachée. Toutes celles qui s’éveillent en moi finissent par se concrétiser en projets! Que ce soit la couture et les vêtements que je crée [sa collection Dandine] ou ma première bande dessinée qui sera lancée prochainement, quand je me mets à être passionnée par quelque chose, ça explose! Je ne garde rien sous silence. Si je n’en parle pas, c’est parce que ce n’est pas encore arrivé dans ma vie.

Une vie réussie, c’est…
Avoir le goût de se lever le matin. Et se coucher fatiguée le soir! [Rires]

Ma cuisine préférée
Les huîtres du restaurant Leméac, assurément les meilleures!

Le plat que je réussis le mieux
On dit que ma gibelotte de poisson est fantastique. C’est un mélange de fruits de mer et de légumes dans un bouillon de tomates, une recette que je concocte pour mes amis depuis des années. Mais ma vraie grande spécialité, on va se le dire, c’est commander! [Rires] Je dirais même que, derrière toutes mes recettes, il y a un numéro de restaurant… Alors, tu n’es vraiment pas obligée de parler de ma gibelotte!

On dit de moi que je suis…
On m’a souvent dite fofolle et au-dessus de mes affaires, mais je suis en réalité très disciplinée. J’aime que ma vie soit bien organisée.

Deux mots qui me définissent
Terre à terre et travaillante. Je suis plus une fourmi qu’un ballon dans le ciel!

La musique que j’écoute en ce moment
Je suis une personne qui vit dans le silence: je couds en silence, je m’entraîne en silence, je fais presque tout en silence… Heureusement, la fille de mon chum, qui a neuf ans, me met parfois au parfum de la musique actuelle.

Un pays (ou une ville) où j’irais vivre demain matin
J’ai eu la chance de voyager pas mal, mais je dois dire que je suis toujours contente de revenir chez moi. J’adore le Québec, la vie que j’ai ici, mon travail, mes amis… Je ne me dis jamais: « Un jour, je vais sacrer mon camp et faire complètement autre chose comme récolter des patates au Mexique! » [Rires]

Une chose que j’aimerais apprendre
Je voudrais vraiment suivre des cours de couture à nouveau, pour me perfectionner. J’ai parfois des idées de créations qui demanderaient une technique plus poussée. Mon imaginaire en serait donc très heureux!

Un parfum naturel dont je raffole
L’odeur des agrumes.

Le parfum que je porte
Je n’en porte pas, mais je suis une guidoune de crèmes! J’adore m’enduire, de la tête aux pieds, de crème… aux agrumes!

Une qualité que j’aimerais développer
Je souhaiterais avoir plus d’empathie. Je suis intolérante envers la bêtise humaine. Or, lorsqu’on ne prend pas le temps d’essayer de comprendre le raisonnement de quelqu’un qu’on trouve imbécile, on est soi-même imbécile. On reste dans le jugement. Si on réussit à avoir un regard empathique envers quelqu’un, sans nécessairement être d’accord avec lui, on évolue.

Le film qui a changé ma vie
Les ailes du désir, de Wim Wenders. C’était comme si je prenais conscience, d’une façon cinématographique, de la présence d’êtres invisibles qui nous veulent du bien, qui veillent sur nous. Comme je suis athée, ç’a été très « confrontant » de voir ces anges qui peuvent apparaître dans la vie des gens… Y a-t-il quelqu’un qui veille sur moi? Veillerai-je un jour sur quelqu’un? Ce film m’a fait avancer dans ma spiritualité.

Je suis accro…
Au thé vert. Tout le temps. Et, malgré la théine, je dors bien le soir!

J’ai mes meilleures idées quand…
Je suis une éponge qui se nourrit de tout ce qui l’entoure. Je n’ai pas besoin de calme pour être inspirée, ça peut se faire n’importe où. Pas de circonstances particulières nécessaires, l’inspiration débarque quand ça lui tente !

La personne qui me touche le plus au monde
Celle (n’importe qui!) qui a le courage de ses opinions. Quand je vois quelqu’un qui est capable de se tenir debout, pour les bonnes raisons, pour faire changer les choses, ça me touche énormément.

J’irais bien dîner avec…
Oh! J’ai tellement d’amis extraordinaires avec qui j’aime aller manger! Je suis choyée… Mais pour faire changement, je dirais Bradley Cooper. Je pense qu’on passerait un trèèès beau moment!

L’artiste qui m’émeut le plus actuellement
Le réalisateur Jean-Marc Vallée est un artiste exceptionnel. Sa récente télésérie, Sharp Objects, m’a jetée par terre. Ce serait un privilège immense de travailler avec lui.

La femme la plus formidable qui soit
J’en ai deux! Lise Payette et Janette Bertrand, pour tout ce qu’elles ont fait pour le Québec. Elles ont ouvert le chemin aux femmes de ma génération. On se doit de faire la même chose pour les plus jeunes.

Un livre que je lirais encore et encore
Cent ans de solitude, de Gabriel García Márquez. Pour la beauté de la langue et, surtout, pour la limpidité avec laquelle l’auteur nous guide à travers une histoire qui comporte tellement d’avenues où l’on pourrait se perdre… Mais il nous tient la main du début à la fin. En plus, je l’ai lu lorsque j’étais dans le Sud, avec du sable dans le costume de bain, les oiseaux qui chantaient… J’avais les sons, l’odeur, la chaleur… Tout était là!

Un vêtement qui me fait sentir belle
Avec des bottes ou des gougounes, la jupe est la chose que j’aime le plus au monde. J’adore l’inventer, la coudre, la porter… Et la relever pour faire autre chose! [Rires]

Le vêtement qui me réconforte
Tsé, les cols roulés « tuyaux de poêle »? Les cols sont tellement longs et larges que tu peux mettre toute ta tête dedans, comme un chat qui entre dans un tunnel. Maudit qu’on est bien là-dedans!

Un jour de tempête de neige, j’aime…
Aller faire du ski de fond sur le mont Royal. Les sentiers y sont incroyables. Chaque hiver, je me mets d’ailleurs « chummy » avec les déneigeurs, pour savoir quand c’est le meilleur moment d’y aller!

J’ai détesté…
Que des spectacles soient censurés dernièrement. Nous avons tous été perdants.

Le plus beau moment de ma vie
Ma découverte de la plongée en apnée. Je vivais alors une période très triste, je me traînais de jour en jour, et je me suis tout à coup sentie en apesanteur jusque dans ma vie. Je connaissais enfin un sentiment de légèreté. Pour cette raison, je serai toute ma vie reconnaissante envers ce sport. La plongée peut consoler bien des chagrins!

Ville ou campagne?
J’ai acheté récemment une maison à la campagne. Des fois, ça me pogne: je me dis que je pourrais m’y installer. Mais voyons donc! Au bout de 10 jours, j’aurais besoin d’entendre le bruit du stade à côté de chez nous!

Les mots que je n’oublierai jamais
« Je ne te souhaite pas ce que tu veux, je te souhaite ce que tu mérites », écrits par mon ami Marc dans une carte de fête. Ces mots m’ont fait réaliser que ce que je désirais n’était pas toujours ce qui était le mieux pour moi.

J’aimerais que les gens se souviennent de moi comme de quelqu’un qui…
Qui avait la main et le cœur tendus vers l’autre.

En amitié et en amour, je suis…
Fidèle.

J’ai peur…
De me retrouver toute seule dans le bois devant des pickups remplis de méchants! Oui, je sais, j’ai vu trop de films d’horreur…

Une leçon que la vie m’a servie
Crisse, il y en a eu une couple! Mais je dirais: se comparer par vanité ne mène nulle part.

Au saut du lit, la première chose que je fais
J’ai deux rituels. Si je suis en période de gros travail, je me fais du thé et je profite du silence complet de la maison pour apprendre mes textes. Il est alors environ cinq heures du matin, je ne commencerai pas à texter mes amis à cette heure-là! Je réveille ensuite mon chum et, si sa fille a dormi chez nous, j’adore passer le reste de ma matinée avec elle. Enfin, si je n’ai pas trop de boulot, je pars vers la montagne aussitôt. Commencer ma journée en étant complètement seule, ou presque, sur ce belvédère qui offre une vue magnifique sur le centre-ville, c’est un luxe extraordinaire!

J’ai de la chance parce que…
Je suis en santé. Lorsque j’en prends conscience, j’en ai même des vertiges. Tu sais, quand un adulte nous souhaite la santé quand on est p’tit, on se dit que c’est plate, parce que, ce qu’on veut plus que tout, c’est un « bicycle à pédales »! Mais on le réalise plus tard: la santé – physique et mentale – est la plus grande richesse d’une vie, celle qui permet d’ouvrir toutes les portes…

Si j’étais un personnage de fiction, je serais…
Je ne détesterais pas être Wonder Woman. Quand j’ai vu le film, j’ai réalisé à quel point elle est hot! Féministe, autonome, courageuse et vaillante, elle sauve le monde…en jupe!

À lire aussi: Mélanie Maynard: tête-à-tête avec une femme spontanée

Impossible d'ajouter des commentaires.