Adieu, foutus cernes!

Les yeux trahissent illico notre fatigue. Traquons les cernes, indices gênants d’une nuit trop courte ou d’une surcharge de stress.

 
Photo: iStock/MonkeyBusinessImages

Aux petits soins

Il faut toujours s’assurer de réserver dans le rituel beauté une étape consacrée à la zone ultrafragile qui entoure les yeux. La peau y est de trois à cinq fois plus fine que celle du reste du visage et elle doit être traitée avec beaucoup d’égards. Mais avant de choisir un soin, on doit déterminer la nature des cernes: les bleutés ou violacés (cernes vasculaires) sont causés par un ralentissement de la circulation sanguine et lymphatique. Les halos bruns (cernes pigmentaires) sont fréquents sur les peaux mates, notamment en Inde et au Moyen-Orient, et sont souvent génétiques.

Responsable nationale de la formation et des relations scientifiques chez SkinCeuticals, Chloe Smith recommande pour les cernes bleutés un soin contour des yeux au Pro-Xylane. Cet actif issu de la chimie verte redensifie la peau en favorisant la production de collagène et d’acide hyaluronique. «Plus l’enveloppe cutanée est épaisse, moins les vaisseaux sanguins seront visibles», explique-t-elle. Certaines formules comportent des pigments réfléchissants qui illuminent la zone sous l’œil tout en la traitant.

Pour éclaircir les cernes pigmentés, on se tourne plutôt vers des produits qui contiennent des antioxydants comme la vitamine C et la niacinamide (vitamine B3), suggère quant à lui Matthew Page, responsable des relations médicales chez  CeraVe. Si les yeux sont bouffis à cause de la rétention d’eau, on recherchera des formules avec des ingrédients dotés de propriétés anti-inflammatoires, comme des extraits d’algues rouges et brunes, de lierre et de camomille.

Dans tous les cas, il faut procéder avec délicatesse lors de l’application du soin. «On pratique de petits tapotements pour aider à activer la microcirculation sanguine, conseille Janie Lelièvre, responsable de la formation des Laboratoires Lierac Paris. On utilise le majeur ou l’annulaire, ces deux doigts exerçant une pression plus légère que l’index.»

Camouflage express

Comment choisir son cache-cernes? Le maquilleur professionnel Jean-François Casselman-Dupont préfère les versions crémeuses ou liquides, car elles s’estompent beaucoup mieux que les produits solides. On opte pour une formule hydratante qui contient des pigments réflecteurs de lumière.

Côté technique, on applique le cache-cernes avec l’annulaire, après le fond de teint – cela réduira la quantité à utiliser. On fixe ensuite à l’aide d’une poudre légère si on a une peau à tendance grasse. Mais attention ! «Le baking n’est pas pour tout le monde, met en garde Maddox Lu, artiste national sourcils et tendances chez Benefit Canada. Cette méthode, dont raffolent Kim Kardashian et les vlogueuses, consiste à apposer par-dessus le cache-cernes une grande quantité de poudre translucide à l’aide d’un pinceau ou d’une miniéponge (de type Beautyblender) humidifiés à l’eau ou au fixateur de maquillage. L’effet peut être réussi pour certaines personnes, mais pour celles qui ont la peau plus sèche, le résultat peut virer en croûte plâtrée.»

Et maintenant, quelle teinte choisir parmi les centaines de propositions sur le marché? On résume: pour camoufler des cernes bleus ou violacés, on va rechercher une nuance qui contient des pigments jaunes ou orangés. Pour masquer les auréoles couleur marron foncé, on va pencher vers des cache-cernes chauds, tirant sur l’abricot et l’orangé. Les peaux très claires font bon ménage avec les teintes rosées. Une mise en garde qui s’applique à tout le monde: un cache-cernes trop foncé accentuera le problème et ternira le regard.

À lire aussi: Les meilleurs produits anti-cernes

Impossible d'ajouter des commentaires.