Chroniques

J'ai testé le purificateur d'eau Hybrid Waterlogic

Un nouveau système pour absorber le chlore et les micro-organismes

hybrid-waterlogic-400

À essayer : parfumer l’eau avec un bâton de cannelle ou de la cardamome.
Photo : iStock by Getty Images

Je le sais. Vous le savez. Tout le monde le sait. ll faut boire de l’eau. Beaucoup d’eau. Mais qui le fait? Pas moi en tout cas. Mon organisme s’apparente à celui du chameau, ai-je longtemps cru. Erreur. J’ai les mêmes besoins que les autres : 2,7 litres par jour, pour une femme (3 litres, pour un homme), selon l’Institute of Medicine, formé d’experts canadiens et américains qui établissent les normes nutritionnelles en Amérique du Nord. On parle ici de l’eau de consommation, mais aussi de celle contenue dans les boissons et les aliments. L’eau – 60 % du corps humain – qu’on renouvelle sert à évacuer les déchets, à réguler la température, à hydrater la peau, à lubrifier jointures et muqueuses…

C’est l’évidence, je dois en ingurgiter plus. Le problème, c’est que ce qui coule de mon robinet goûte le chlore. J’ai beau « carafer », laisser reposer, réfrigérer, rien n’y fait. Oublions les filtreurs bas de gamme qui sont des nids à bactéries. J’ai donc essayé un nouveau système de purification, l’Hybrid de Waterlogic. Comme les autres produits du genre, son filtre de charbon activé absorbe le chlore et les micro-organismes. Mais, en plus, il est muni d’une lampe UV qui purifie l’eau jusqu’à la buse.

Ainsi équipée, je devrais être capable de me rendre à deux litres par jour. (À part le café du matin et le thé vert de l’après-midi.) Dès le lever, j’avale de 250 à 500 ml. Une fois au bureau, j’enchaîne les gorgées jusqu’à atteindre au moins un litre. Le soir, je termine avec un verre ou deux. Même s’il m’arrive de me contenter de moins, je tiens le coup. Parce que, dès qu’on (re)commence à l’hydrater, le corps en redemande. La soif est de bon conseil.

L’Hybrid de Waterlogic, 249,99 $ chez Costco.

hybrid-waterlogic