Ronde, et alors?

« Oui, je suis une vraie ronde »… et autres réponses aux critiques

Quand notre chroniqueuse Joanie Pietracupa a signé un billet où elle racontait être ronde et bien dans sa peau, elle s’attendait bien à quelques réactions… Mais pas à celles-ci! Sa réponse aux critiques.

Joanie

C’est drôle, j’aurais pu le prédire. Miser mon loyer. Parce que des critiques, il y en a partout. À la télé, dans les journaux, à la maison, dans nos têtes. Sur les blogues, aussi. Surtout sur les blogues. Peut-être parce que c’est si facile de s’exprimer à la fois en public et en privé, de donner son opinion quand on se sent écouté mais pas regardé. Et quand de plus, le sujet est un terrain miné (féminisme, sexisme, racisme, alouette-isme), alors là, on peut s’attendre à un vrai party. Une fête où les invités, comme enivrés par leur liberté d’expression et grisés par leur manque d’inhibition, se rencontrent, se parlent, s’entendent ou s’obstinent.

Quand j’ai décidé d’écrire ce blogue sur la vie en mode taille plus, je me suis attendue aux pires critiques. Normal: c’est un sujet humain, sensible et d’actualité. Il a tout pour faire aller les doigts sur les claviers. La majorité d’entre vous m’a couverte d’éloges, de compliments et de belles pensées. Le genre de réponse rêvée, qui fait gonfler de fierté et pousse à avancer. Quelques-unes ont plutôt remis en question l’idée d’être bien dans sa peau, peu importe sa taille. J’ai d’ailleurs lu des opinions radicalement opposées: 1) quelqu’un m’a dit que je n’étais pas suffisamment ronde pour être considérée taille plus; 2) quelqu’un d’autre, que je fais la promotion de l’obésité en signant des textes où je m’affirme heureuse avec mon surpoids. À ça, je réponds que: 1) je porte du 16, et parfois même du 18, ce qui fait réellement de moi une fille ronde, promis, juré; 2) jamais ô grand jamais je ne vanterai les mérites de la malbouffe ou de la sédentarité – je suis une fille super active, soucieuse de son alimentation et de son image, enveloppée malgré elle mais épanouie ainsi.

Ceci dit, je comprends. C’est personnel, l’estime de soi. Pour plusieurs, il suffit d’être en santé. Bien manger, bien bouger. Pour d’autres, avoir un type de silhouette façon «magazine de mode». Belles courbes, petite taille. Pour certaines, chercher à atteindre la perfection. Avoir un corps admiré, jalousé. Mon opinion? À chaque personne sa route pour le bonheur. Qu’on se laisse souffler, un peu. Nous-mêmes et les autres. Qu’on y aille à notre rythme, à notre envie. Qu’on respecte nos petits démons, aussi. Ceux qui nous empêchent de faire toujours plus et mieux, ceux qui nous poussent à se comparer et à douter, ceux qui nous mettent parfois à plat. On livre toutes un combat – certaines le cachent simplement mieux que d’autres.

Ici, vous ne trouverez jamais d’opinion négative ou dégradante. Au contraire, vous lirez sur ce blogue des mots d’encouragement, des portraits inspirants, des idées pour reprendre confiance en soi, des tonnes de trucs mode et beauté, et bien plus. Je ne peux pas vous promettre de ne pas vous choquer, de ne pas ouvrir votre esprit, ne serait-ce qu’un peu. Mais j’ai foi: vous allez toujours me laisser savoir ce que vous en pensez. Les critiques sont là pour ça.

À VOIR: On a demandé à Joanie Pietracupa de démanteler les pires clichés associés aux rondes… Sa réponse en vidéo!

Suivez Joanie Pietracupa sur Twitter (@theJSpot) et Instagram (@joaniepietracupa).