Blogue La course et la vie

10 trucs pour avoir du fun à courir même quand on n’en a pas

la-course-et-la-vie-bandeau

 

Tout les psys s’accordent pour le dire, plus on se concentre sur ce qui va mal, et plus notre perception de la douleur s’en trouve intensifiée. Répéter de façon obsessive « j’ai mal aux jambes, j’ai mal au ventre, j’ai pas de souffle, c’est dur, c’est trop dur, j’ai un point, oh nooooon, ça moooonte, cette sale côte est interminable, j’ai chaud » ne sert à rien d’autre qu’à nous accabler d’avantage.

Devant les souffrances de l’effort, une seule solution, la fuite (j’ai pas dit l’abandon)!

1. Rire de soi

Rien comme une généreuse dose d’auto dérision pour se distraire d’une douleur « atroce » qui va me faire « mourir » c’est sûr : « Ma pauvre fille, t’es une drama queen de première catégorie, souviens-toi de demander à tes amis comment ils font pour t’endurer. Si tu survis à cette course, évidemment ».

2. Examiner de pied en cap tous les coureurs qu’on croise

De la couleur du short (tiens, le vert menthe « bonbon de restaurant chinois » est de retour) à l’amplitude du torse (ben quoi, le stimuli visuel est un excellent motivateur), en passant par l’analyse de la foulée (il court beaucoup trop sur les talons, son physio va être riche), il n’y a rien comme de regarder les autres pour se distraire de soi.

3. Imaginer des vies à ces inconnus

Cette coureuse croisée au pied de la montagne ? Une comptable qui fait un retour aux études (en droit), trois enfants, célibataire depuis longtemps, elle vient de rencontrer quelqu’un, et cette fois, c’est la bonne.

4. Sourire à « nos » personnages

Recevoir un sourire en retour, un vrai, pas un sourire de fiction, le laisser se transformer en fuel pour la route.

5. Ils ne répondent pas, regardent ailleurs, font semblant de ne pas se rendre compte de notre magnifique sourire?

Planifier une vengeance, terrible, où il sera question de poison dans le Gatorade, de mort atroce et de massacre à la Garmin (hey, écrire un best-seller en courant, ça aussi ça fait du bien)!

6. Lever le pouce avec vigueur et enthousiasme à un coureur, en y mettant l’expression faciale de respect ébloui qui vient avec

Aucune importance que le coureur en question soit plus un grizzly pataud qu’un guépard élégant, l’important, c’est d’y mettre la conviction. Voyez-le redresser les épaules et courir vers sa médaille d’or. Avouez, c’est gratifiant de se dire qu’on a été l’élément déterminant dans la victoire d’un champion.

7. Chanter

Avec Barbra. Sur « People » (ben oui, y’a des excentriques qui courent avec Barbra Streisand). Oublier qu’en dehors des écouteurs, il y a les autres. Se demander pourquoi on ne croise que des gens morts de rire. Relire le point #1. Rire avec eux. Pour dix points bonus, mimer la gestuelle, la chorégraphie, les mimiques et/ou jouer du air guitar sur un solo de Carlos Santana.

8. Le lycra sur le body du sexe opposé

Je sais, j’en ai déjà fait mention dans le point #2, mais il y a des gens qui sont durs de comprenure. C’est bon de répéter certains faits sur le cerveau reptilien, et du coup, de revoir les bases de la théorie évolutionniste. Vous savez, quand ils disent « mettez du piment dans votre vie de couple »? Ce qu’ils veulent dire, c’est « allez courir sur la montagne ».

9. Se mettre la tête dans la première fontaine qui passe

Toute la tête, les cheveux qui dégoulinent pis tout, comme dans un cartoon. S’ébrouer. Repartir, fringante.

10. Acheter un popsicle trois couleurs au vendeur ambulant

Lui laisser le change. Se convaincre qu’il y a de l’EPO (érythropoïétine) dans ce délice des dieux. Finir sa course sur un sprint.

 

Morale de l’histoire? Il y a toujours de l’EPO quelque part pour les Ovide Plouffe du monde entier…

 

Crédit : iStock

Crédit : iStock