Blogue La course et la vie

Entrevue avec Thibaud Friess, conseiller et coureur

Se faire conseiller par quelqu’un qui ne pratique pas la course? Impossible!

 

L’une des quêtes les plus existentielles du coureur, c’est de trouver LA boutique. Celle où il sera accueilli avec respect, gentillesse et professionnalisme. Qu’on se le dise, une boutique de sport, c’est d’abord et avant tout des conseillers qui écoutent vos besoins, qui ont assez d’expérience de terrain pour savoir de quoi ils parlent, et qui vous aident à faire les meilleurs choix.

Se faire conseiller par quelqu’un qui ne pratique pas la course? Impossible!

Je vous présente donc Thibaud Friess, athlète accompli (asthmatique, il fait des temps de 1H14 au demi marathon, et de 4H29 au Iron Man 70.3), aussi gentil que passionné, et expert conseil à « La maison de la course » à Mont St-Hilaire.

thibault-course

Le conseiller en action!

L’athlète

Thibaud, parlons un peu de l’athlète que tu es…

J’ai toujours adoré le sport et ça fait longtemps que je suis dans les sports d’endurance. Je suis très travailleur, et je n’ai pas peur des gros volumes ni de sortir de ma zone de confort, au contraire, j’aime ça. J’ai été entrainé dans les sports de combat, à l’ancienne : « Tu as mal ? Ben continue » !

Raconte-moi ton premier grand souvenir de course…

Mon premier marathon, à Zurich en 2009. C’était vraiment sur un coup de tête. Je me suis dit: je vais faire un marathon car c’est LA distance à faire. Du coup, celui de Zurich où ma famille habite, était le lieu idéal. Résultat? Je l’ai terminé en 3h13 et … je marchais un peu bizarrement après ! Ça marque le début! J’ai ensuite décidé que mon premier Iron Man serait celui de Zurich 2015.

Ta course la plus mémorable, pour le meilleur ou pour le pire, elle ressemblait à quoi ?

La plus mémorable restera pour longtemps le Marathon de Berlin. Un parcours plat et magnifique avec une ambiance très festive et des gens adorables. J’ai beaucoup apprécié toutes les nations qui venaient en groupe, c’était vraiment « THE » évènement.

Le pire a été le Marathon de Chicago ou j’ai réussi à vomir 4 fois (!). J’ai eu la tête qui tournait et des pertes de conscience parce que je me vidais complètement. Ça peut paraître bizarre, mais je criais et me tapais dessus pour me réveiller. J’ai quand même terminé le Marathon, car c’était Chicago ! Chaque course ne peut pas bien aller, sinon ce ne serait pas marrant. On dit toujours que le sport est ingrat et c’est vrai ! Tu t’entraines énormément, mais il suffit que le jour J ne soit pas ton jour, et puis voilà.

Qu’est-ce qu’on apprend de nos victoires ?

Que le travail, ça paye! Qu’on peut aller encore plus loin et qu’il est important d’apprendre à les savourer, ces victoires!

Qu’est-ce qu’on apprend de nos défaites ?

Tout d’abord, il faut analyser pourquoi notre course s’est passée comme ça pour ainsi faire en sorte de ne pas refaire les mêmes erreurs ! Et il ne faut pas se juger sur le nombre de fois où tu tombes, mais sur le nombre de fois où tu te relèves.

Quel aspect de l’entrainement préfères-tu ?

Tous les aspects sont importants. J’adore les entrainements où on se dépasse et où on sent qu’on s’est vraiment donné à 100%. J’aime l’intensité et le retour au calme qui vient après. Je me souviens de plusieurs heures d’entrainement de boxe thaï en Thaïlande. Nous allions ensuite devant la rivière et nous méditions.

Au quotidien, tu fais attention à ce que tu manges ?

Je ne suis pas vraiment très efficace de ce côté ! Par contre, je bois très rarement d’alcool et je ne fume pas.

Ta source de glucides préférée?

Le Quinoa et l’orge.

 

Le conseiller

Quelles sont les 3 questions essentielles à poser à un client pour bien le conseiller dans l’achat d’une chaussure de course ?

  • Bien cibler ce que le client recherche (sensation, distance, spécificités physiologiques, but visé);
  • Le nombre de sorties hebdomadaires;
  • Sur quel type de surface le client compte courir.

Quels sont les critères essentiels qu’un client devrait exiger de sa boutique de sport ?

Du professionnalisme : un service exceptionnel, des produits qui doivent correspondre aux besoins des clients, des conseils adaptés pour permettre au client de progresser au mieux, et le sourire ! Ah, et des gens passionnés ! Les conseillers éduquent et guident le client du début jusqu’à la fin. On est là pour ça !

Tu reçois un client qui n’a pas fait de sport depuis des années et qui te demande de l’aide pour « bien » débuter. Quels sont tes conseils ?

  • Aller dans la progression, et écouter son corps. Rien ne presse !
  • Pour les gens qui ont de la difficulté a courir seul, je leur recommande fortement de le faire en groupe, mais avec des personnes d’expérience, comme Karine ou Etienne à la Maison de la Course. Ils ont tous les deux un BAC en Kinésiologie mais ont aussi une grande expérience. Karine m’a aidé à améliorer ma technique de façon drastique.
  • Sortir de sa zone de confort; il faut un peu pousser les gens car c’est comme ça qu’ils réaliseront le plaisir que cela procure ! Peu importe si vous êtes un coureur d’élite ou un coureur occasionnel, on est tous réunis autour d’une même passion et tout le monde peut apprendre de tout le monde;
  •  Il y a aussi le fait de lui transmettre notre passion et notre expérience. Le client a besoin de le savoir! On devient alors complices! Pour moi, ce sont des amis plus que des clients. Je leur dis souvent que je suis asthmatique et que j’ai commencé la course en courant à peine 20 minutes.
  • Il faut aussi regarder les progressions que vous faites VOUS. La course, vous la faites pour vous. Vous combattez pour (et contre) vous. Vous n’avez rien à prouver aux autres. Si vous vous sentez bien, vous avez déjà accompli quelque chose d’extraordinaire ! Je prône cela a 100%.

Tu as des livres de référence pour la course ? Si oui, lesquels ?

Born to Run (né pour courir), de Christopher McDougall. J’aime beaucoup ce livre. J’ai aussi beaucoup lu sur le coureur tchèque Emile Zatopek. NDLR. « Courir » de Jean Echenoz.

En terme d’équipement, quels sont tes derniers coups de cœur ?

Chaussures : Les Brooks Launch 2 ! Je pense vraiment à les utiliser sur mon Iron Man. C’est un soulier léger, assez dynamique, qui enveloppe et qui est bien coussiné. Tout bon pour un 42,2km après 180km de vélo.

Pantalon : Le Craft Storm WP Tight, pour l’hiver c’est vraiment un must !

Masque: Le Face Mask de Outdoor Research, idéal pour les grands froids, car il possède un Wind Stopper et des trous d’aération pour pouvoir respirer convenablement. De plus, l’intérieur est molletonné.

Montre:  Le modèle Forerunner 920 XT de Garmin, une multitude de fonctions et d’informations pour un maximum de précision.

Merci Thibaud !