Blogue La course et la vie

La vérité sur les ongles d’orteils

La fin des beaux petits pieds de princesse.

L'auteur, Geneviève Lefebvre

L’auteure, Geneviève Lefebvre

Aujourd’hui commence une grande série (!) sur les vérités, mythes et tabous de course. Âmes sensibles, s’abstenir, on causera plancher pelviens de la femme qui a accouché, performance, petits vieux et autres images visuelles perturbantes.

Mais je ne voudrais pas vous affoler du premier coup, alors commençons pépère par  nos amis les ongles.

***

Votre union était heureuse depuis quarante ans. On célébrait votre longévité, votre capacité à communiquer, le respect que vous aviez l’un pour l’autre.

Et puis, la course, cette briseuse de ménage, est entrée dans votre vie et elle a fait exploser quarante ans de bonheur sans histoire entre vous et vos ongles d’orteils.

Il n’y a pas mille façons de dire la vérité, allons y brutalement: la course, surtout en longues distances, c’est la fin des beaux petits pieds de princesse.

Tu fais des ampoules. Des cloques. La peau sèche et pèle, dans un processus fascinant. Un jour, un ongle, le plus petit, devient rouge vin. Puis noir. Ensuite, comme une épidémie, les autres ongles sont contaminés et deviennent noirs à leur tour.

Dans une belle langueur monotone (pas vraiment, mais j’essaie de rendre le portrait un peu moins « gore »), les ongles tombent.

Dessous, rien. Le vide. Le néant. De la peau nue . Des espèces de moignons sur lequel on ne peut même plus mettre de vernis (ça sert à autre chose, les ongles d’orteils? Ah? Je ne savais pas).

Un jour, dans un futur éloigné, les ongles repoussent, tout neufs… ô joie, ô miracle!

Brèves réjouissances.

Comme la course fait encore partie de l’équation (c’est une maitresse tenace, elle ne se contentera pas de rester dans l’ombre, ni de la deuxième place, non monsieur), c’est pour mieux retomber mon enfant.

Et le cycle des ongles, tel celui des saisons, continue, immuable comme la vie qui passe.

Rouge, noir, tombe, repousse. Et on recommence.

La bonne nouvelle? C’est la fin des pédicures, devenues désuètes.

Vous allez économiser beaucoup d’argent.

Et pouvoir l’investir dans des runnings neufs!

Elle est pas belle, la vie?

Onglesorteils

Photo : Istockphoto