Livre du mois

Kaboul était un vaste jardin, les critiques

Les membres de notre club de lecture ont lu le livre du mois. Voici ce qu’il et elles en ont pensé.

kaboulvastejardin

Le résumé du livre du mois

Découvrez les premières pages du livre

 

1- Stéphanie Vincent

stephanievincent

Mon résumé en une phrase : Récit autobiographique d’un jeune Afghan qui a grandi sous le régime des moudjahidine et des talibans.

Je ne connaissais pas l’auteur.

Ce que j’ai aimé : Le style de l’auteur et sa manière de dire les choses simplement, même les choses impensables, dures ou absurdes, le rythme, le point de vue sensible de l’enfant qu’on suit dans sa progression.

Ce que j’ai moins aimé : Rien en particulier!

Ma note sur 10 : 8

Autres commentaires : Un récit autobiographique qui se lit comme un roman tellement il est porté par une histoire incroyable et un souffle fort. Malgré l’absurdité de la guerre, la résilience des Afghans montre que le portrait n’est pas tout noir. Un livre marquant, qui donne envie de voyager loin.

 

2- Julie Gagnon

juliegagnon

Mon résumé en une phrase : Qais Akbar Omar a vécu la guerre à Kaboul. Il nous raconte les fuites, la souffrance et la misère des habitants de l’Afghanistan.

Ce que j’ai aimé : Avoir une expérience, une vision de cette guerre de l’intérieur sans censure et sans sensationnalisme. L’auteur a rendu un bel hommage aux Afghans en ne négligeant jamais de nous démontrer leur courage au quotidien. Tout n’est pas sombre dans ce roman, quelques rayons de lumière sur ce pays dévasté en grande partie viennent parfois nous éclairer sur cette culture très riche.

Ce que j’ai moins aimé : La famille de l’auteur semblait toujours avoir une connaissance ou un membre de la famille bien placé pour les sortir d’une situation difficile.

Ma note sur 10 : 8

Autres commentaires : Un roman à lire pour mieux comprendre au moins l’une de ces guerres insensées.

 

3-Philippe Garon

philippegaron

Mon résumé en une phrase : Le parcours tourmenté, parsemé de rares moments de lumière, d’un jeune de Kaboul et de sa famille à travers la guerre civile et le règne des talibans.

Ce que j’ai aimé : Par le récit de son expérience singulière, l’auteur a brillamment réussi à m’initier à la culture afghane, à la géographie de son pays ainsi qu’aux immondes évènements qui marquent son histoire récente. Avec modestie et dans une langue sobre, mais éloquente, il évoque le courage des siens, la sagesse et la bonté de certaines personnes, la barbarie et la folie de divers acteurs des abominations perpétrées sur son peuple.

Ce que j’ai moins aimé : Comme mon amoureuse, je me suis navré de constater mon ignorance abyssale de la réalité afghane.

Ma note sur 10 : 8

Autres commentaires : En tant qu’antimilitariste, je me suis réjoui à la lecture de l’épilogue, qui m’a fait penser à ces paroles du philosophe Bertrand Russell: «De tous les maux que l’on veut éviter par la guerre, aucun n’est aussi grand que la guerre elle-même.»

 

4- Gabrielle Paquette

gabriellepaquetteMon résumé en une phrase : L’autobiographie riche et passionnante d’un jeune Afghan qui voit sa vie chamboulée par l’absurdité de la guerre.

Je ne connaissais pas l’auteur, belle découverte.

Ce que j’ai aimé : La lenteur, les détails, le voyage, la résilience. Le livre évoque des moments d’extrême souffrance, de perte, de deuil, de destruction, atténués par la poésie, les mots, l’émerveillement et la générosité du narrateur.

Ce que j’ai moins aimé : Rien en ce qui concerne le livre, mais je n’ai pas aimé me rendre compte de mon ignorance face aux évènements racontés et à la souffrance des Afghans.

Autres commentaires : Un auteur à découvrir, un livre à lire lentement pour sentir les odeurs et les textures, imaginer les couleurs et accompagner Qais dans les moments de grâce et de souffrance. Un beau livre, un récit passionnant mais dur.

Ma note sur 10 : 9

 

5- Steffanie Larichelière

stehannielaricheliere

Mon résumé en une phrase : Il ondule de ces vastes jardins de Kaboul une atmosphère de douceur étrange ainsi qu’une décharge explosive de mémoires horribles liées aux familles afghanes frappées de guerre civile et d’horreurs inimaginables.

Je ne connaissais pas l’auteur.

Ce que j’ai aimé : En plus de dire que les mémoires de Qais Akbar Omar sont magnifiquement écrites, j’affirme que l’on y sent incontestablement le ton personnel (et teinté de résilience) de son expérience. Pas à pas, l’auteur nous raconte cette horrible tragédie qui a troublé son peuple, son clan, sa vie… C’est justement cette précision qui invite le lecteur à tourner les pages et qui endigue en nous la tristesse et le désespoir face à cette abominable situation. Si vous lisez un seul livre cet hiver, faites que ce soit celui-ci !

Ma note sur 10 : 9

 

6- Isabelle Goupil-Sormany

isabellegoupilsormany

Mon résumé en une phrase : La famille et son clan élargi permet de survivre à tout, survivre aux guerres, survivre aux deuils, survivre à la torture et la peur qu’elle engendre mais surtout faire survivre son âme d’enfant, d’adolescent et de jeune adulte au milieu des non-sens de la violence.

Je ne connaissais pas l’auteur.

Ce que j’ai aimé : La famille, le clan afghan, l’âme d’un peuple dont j’ignorais tout. J’ai aimé vivre dans ce coin de pays et j’ai pleuré sa destruction. J’ai souffert avec l’auteur. J’ai été ébranlée avec lui par les nombreux illogismes de la guerre. Je l’ai accompagné dans sa foi et dans sa quête en mode survie. J’ai aussi apprécié tous les moments d’espoir et de petits bonheurs qu’il offre. Jamais un livre ne m’aura fait autant vivre la résilience nécessaire à notre survie. Ce livre décrit et raconte et ne verse jamais dans l’explication ou dans l’analyse inutile. C’est sa plus grande qualité. J’ai été ébranlée et j’ai souffert. Une belle découverte.

Ce que j’ai moins aimé : Ce livre se savoure lentement… pour survivre à sa violence mais aussi en apprécier toute la beauté et ressentir l’âme afghane. Je n’ai pas aimé en précipiter la lecture. J’aurais souhaité le lire plus lentement.

Ma note sur 10 : 9

Autres commentaires : Il y a 25 ans, des amis du lycée parisien que je fréquentais ont tenté de m’expliquer la guerre au Liban, à la fois dans ses pires moments mais aussi dans les moments d’espoir, où la vie reprenait tout son sens. Je ne comprenais pas tout… je n’y arrivais pas. J’aimerais les revoir aujourd’hui pour leur dire que quelqu’un m’a enfin permis de comprendre ce qu’ils essayaient si fort de me raconter…. Et, plus jamais, je ne verrai un tapis afghan de la même manière. Et j’en payerai le juste prix s’il me vient en tête de m’en procurer un.

 

7- Émilie Côté

emiliecote

Mon résumé en une phrase : L’histoire raconte la vie du jeune Qais, et de sa famille afghane, qu’on voit devenir un homme pendant les années que dure son parcours à travers l’Afghanistan pour tenter de fuir les combats qui font rage, pour tenter de survivre.

Je ne connaissais pas cet auteur.

Ce que j’ai aimé : J’ai aimé que l’histoire se lise lentement, par petite dose pour bien me laisser habiter par le récit. Chaque mot était évocateur : une image, une odeur, un goût, une émotion… Chaque phrase m’a fait vibrer avec cette famille forte et courageuse. J’ai aimé rire sur leur histoire, vivre d’espoir avec eux et pleurer sur leur désespoir et leurs épreuves.

Ce que j’ai moins aimé : J’ai tout aimé.

Ma note sur 10 : 10

Autres commentaires : C’est une histoire d’une très grande beauté, à la fois terriblement dure et touchante. C’est la découverte d’un peuple dont les épreuves sont inimaginables avant de les lire noir sur blanc. Ce livre me hante encore plusieurs jours après l’avoir terminé et il s’ajoute à la courte liste des livres marquants de ma vie.

 

8- Yannick Ollassa
yannickollassa

Mon résumé en une phrase : Touchante histoire de la résilience d’une famille et d’un peuple soumis à des horreurs durant des décennies.

Je ne connaissais pas l’auteur.

Ce que j’ai aimé : La lecture m’a permis d’aller à la rencontre d’un peuple fier, déterminé et résilient. J’ai découvert le mode de vie afghan et les effets des divers mouvements au pouvoir sur la population. L’auteur transmet le climat de terreur sans tomber dans le pathos et ça, en soi, c’est une des forces du livre. De même que la poésie qui transparaît à chaque page.

Ce que j’ai moins aimé : La majeure partie du récit se concentre sur la période des guerres de clans entre les moudjahidines. J’aurais aimé que l’auteur développe davantage sur les années où les talibans ont été au pouvoir et la période suivant le 11 septembre 2001.

Ma note sur 10 : 7

 

9- France Giguère

francegiguere

Mon résumé en une phrase : Roman autobiographique relatant l’histoire de la famille de l’auteur, quand il est jeune garçon, qui vit en direct les événements marquants de l’histoire récente de l’Afghanistan, de la mise à sac de Kaboul par les moudjahidines, à l’arrivée des talibans, en terminant par le 11 septembre.

Je ne connaissais pas l’auteur.

Ce que j’ai aimé : Le sujet, l’histoire bouleversante, presque incroyable, de cette famille qui nous permet de revenir sur ces évènements récents. Les personnages qui gravitent autour de l’auteur, son grand-père, ses parents, ses sœurs, son frère – la machine à pleurs – m’ont charmée, puisqu’ils nous permettent de comprendre le rôle de la famille et du clan en Afghanistan. J’ai également beaucoup aimé les différentes rencontres qu’ils font pendant leur fuite dans leur propre pays, qui nous font découvrir les différentes ethnies et cultures qui tissent le peuple afghan. Enfin, l’importance des tapis dans la vie de sa famille et du pays est aussi très intéressante.

Ce que j’ai moins aimé : Un petit bémol, j’ai eu l’impression que l’auteur voulait à tout prix nous donner une bonne image des Afghans, comment ils sont bons, généreux, soucieux de leur prochain, etc. C’est juste un petit peu trop! De même, je me suis demandé si c’était possible qu’une même personne puisse vivre tout ça, tellement certains passages étaient horribles ou invraisemblables.

Ma note sur 10 : 8,5

Autres commentaires : L’auteur réussit à nous transmettre l’amour de son pays et de son peuple et, en ce sens, son livre est réussi.

 

10- Marielle Gamache

mariellegamache

Mon résumé en une phrase: Un vibrant témoignage de la vie de Qais et sa famille lors d’une guerre en Afghanistan suivie d’un semblant de paix annihilée par la domination des talibans…..

Je ne connaissais pas l’auteur.

Ce que j’ai aimé : Découvrir l’Afghanistan: le pays, le peuple. Le pays à travers le nomadisme de cette famille en fuite et le peuple qui, à travers cette époque détraquée, demeure intègre, fier, résilient face à tous ces deuils obligés. J’ai aussi aimé la finale: il m’importait de connaître le sort de cette famille et celui des personnages qui ont marqué à jamais (avec les pour et les contre) toute une vie.

Ce que j’ai moins aimé : Rien.

Ma note sur 10 : 9.5

Autres commentaires : C’est une autobiographie qui se lit comme un roman. L’auteur, sous une plume poétique, relate des faits tragiques qui ne laissent personne indifférent. C’est une fresque marquante, bouleversante, qui nous fait voir le peuple afghan sous un angle différent et nous fait réfléchir sur les véritables valeurs humaines.

Moyenne sur 10 : 8,6