Cuisine

J'ai testé: un autocuiseur de Breville

Un appareil astucieux qui réunit des fonctions d’autocuiseur et de mijoteuse.

autocuiseur.carnet.gourmand

J’ai testé un autocuiseur, ou cocotte-minute (qu’on appelait autrefois « presto »). L’appareil abrège les temps de cuisson et permet d’attendrir des viandes. Le principe : en raison de la pression, l’eau y atteint une température plus élevée que le point d’ébullition.

Mon expérimentation a d’abord connu des ratés. Surcuits après quelques minutes à la cocotte, mes bouquets de brocoli et de chou-fleur ont fini en potage. Résultats plus concluants avec les aliments requérant plus de cuisson. Par exemple, mes betteraves étaient sublimes ; jamais les saveurs de cette racine ne m’ont paru si concentrées. L’autocuiseur peut faire des merveilles. Il faut cependant s’assurer que les morceaux qu’on y emprisonne sont de même grosseur (parfait pour les légumineuses). L’appareil fait épargner du temps, et nous évite de chauffer la cuisinière. Alors, on s’en procure un ? Pourquoi pas, si l’on dispose de l’espace pour le ranger à portée de la main.

Breville.ca, env. 200 $

Vendu, entre autres, sur The Shopping Channel, tsc.ca

Soupe tonkinoise au boeuf. Crédit photo: Angus Fergusson

Soupe tonkinoise au boeuf. Crédit photo: Angus Fergusson