Cuisine

Les dangers de la pollinisation

La pollinisation est rentable pour les producteurs de miel, mais elle ne serait pas sans danger pour les abeilles…

Abeilles-Miel

Photo: Maude Chauvin

L’abeille est l’insecte pollinisateur le plus efficace. Et 70 % des espèces végétales cultivées dépendent de la pollinisation, soit le transport du pollen d’une fleur à une autre. Elle permet aussi d’augmenter le rendement par plante, en plus de favoriser le développement et la longévité des fruits.

À lire: Comment produire du miel urbain
C’est pourquoi de nombreux producteurs agricoles ont recours à des services de pollinisation offerts par des apiculteurs. Ce qui est plus rentable pour ceux-ci que le miel récolté. Ainsi, au printemps, près de 30 000 colonies seraient amenées par camion jusqu’au Lac-Saint-Jean pour favoriser la production de bleuets. Une pratique jugée néfaste par plusieurs.

À lire: Reportage sur les miels du Québec.

« Le déplacement en camion stresse énormément les abeilles », indique Anne-Virginie Schmidt, des Miels d’Anicet. De plus, une fois sur place, elles subissent une dénutrition, car, pendant deux semaines, elles n’ont aucune autre source de pollen que les fleurs de bleuet. « Elles reviennent “maganées” », pour reprendre les mots de Félix Lapierre, du Petit rucher du Nord. « Mais cela n’est rien en comparaison avec ce qui se passe dans les champs d’amandes en Californie », ajoute-t-il. Là, triste ironie, les abeilles doivent être nourries au sucre par les travailleurs tant elles souffrent du manque de diversité alimentaire. Ce qui est l’une des raisons pour lesquelles les végétaliens boycottent le miel.