Non classé

C’est pas sérieux…

Ou apprendre à courir comme un enfant.

Depuis que je me suis mise à la course que j’ai cette scène de l’émission Friends en tête.

Rachel veut courir avec Phoebe, mais est mal à l’aise de courir avec elle à cause de son style de course plutôt spécial… « I run like I did when I was a kid, because that’s the only way it’s fun. Didn’t you ever run so fast, you tought your legs would fall off? Like running towards the swings (…) »

Puis, Rachel réalise que c’est son amie qui a raison. Que courir sans se soucier de ce que les autres pensent, c’est beaucoup plus amusant !

J’ajouterais même que ça permet de courir plus léger. L’une des choses qui me stressaient le plus, après savoir si je survivrais à une seule minute de jogging, c’était ce que tous ceux qui croiseraient ma route penseraient de moi, la fille aux joues trop rouges, en train de mourir après 20 secondes de course.

J’ai vite réalisé que la plupart des gens que je croise ne me regardent même pas (toi, par exemple, l’automobiliste qui textes au volant, tu ne me vois pas, c’est certain !). Rapidement, j’en suis venu à me balancer complètement de ce que les autres peuvent penser.

Je fais de mon mieux, j’ai du fun, et le reste de l’univers, là, en ce moment précis, m’importe peu. La seule opinion qui compte, c’est celle de Karine-qui-serait-restée-dans-son-divan-si-elle-n’était-pas-allée-courir. Et cette Karine-là est bien fière de moi, peu importe de quoi j’ai l’air.

J’ai malgré tout encore des airs de Rachel, qui court sérieusement, quand j’essaie de garder en tête tous les précieux conseils de Jean-François Harvey (voir ses vidéos ici). Mais même si ma course est sérieuse, dans ma tête, je cours les bras en l’air et le sourire aux lèvres !

Photo : Istockphoto

Photo : Istockphoto

À lire : tous les billets de blogue de Karine Schiller.