Opinions

Émilie, du transmédia réussi

Une comédie romantique à suivre

Bon, c’est quoi ce nouveau mot à la mode? Le transmédia utilise plusieurs outils comme le web, les réseaux sociaux, les téléphones et les messageries pour raconter une histoire.

À la fin du mois de février, Radio-Canada lançait Émilie, une websérie romantique de quatre épisodes diffusés aux deux semaines. À la suite de ces courtes capsules, l’histoire du point de vue d’Émilie sera révélée dans un film en salle le 19 avril.

On part d’un synopsis typique de comédie romantique : une fille qui doit bientôt se marier se retrouve dans un imbroglio impliquant les hommes de sa vie (un ex, un confient, un ami et son amoureux). Ajoutez à cela une excellente distribution : Émilie Bibeau, Guillaume Perreault, Patrick Hivon, Patrick Drolet, Jean-François Nadeau et Didier Lucien y tiennent les rôles principaux et on retrouve Yves Jacques, Martin Drainville, Isabelle Blais, Emmanuel Bilodeau et Maxim Roy dans le premier webépisode.

Mais l’ingrédient principal des capsules, c’est l’interaction avec le public pour faire évoluer l’histoire. Personnellement, lorsque je regarde une webtélé, j’ai plus envie de télé paresseuse que d’un jeu vidéo. Or, les créateurs ont très bien dosé les actions proposées aux internautes tout en dévoilant des parcelles de l’histoire qui nous intrigue très rapidement. Bien entendu, j’ai fait tous les mauvais choix pour le personnage principal de la première capsule pour le mettre dans le pétrin. Et lorsqu’il m’a demandé de l’appeler pour l’aider, il a réussi à me faire sentir coupable. Bravo!

Bref, voilà un bonbon transmédia pour une sceptique des « bébelles interactives à la mode ».

Le prochain webépisode sera diffusé jeudi le 14 mars sur le site Web de Radio-Canada.