Santé

9 choses à savoir sur les antihistaminiques

Les personnes allergiques, aux chats ou à l’herbe à poux, qui ne veulent ou ne peuvent subir un traitement de désensibilisation, sont généralement abonnées aux antihistaminiques. Le Dr Rola-Pleszczynski, allergologue au Centre hospitalier de l’Université de Sherbrooke, répond à quelques questions au sujet de cette classe de médicaments.

allergies-saisonnierres

Comment agissent les antihistaminiques?
Comme leur nom l’indique, les antihistaminiques agissent en bloquant l’effet de l’histamine, une protéine impliquée dans de nombreuses réactions allergiques.

Pourquoi parle-t-on d’antihistaminiques de première et de deuxième génération ?
La première génération d’antihistaminiques, mise au point il y a plus de 50 ans, comprend des médicaments tels que Benadryl et Chlor-Tripolon. Bien qu’ils soient efficaces, leur effet est de courte durée, et ils causent de la somnolence. Ce n’est pas le cas des antihistaminiques de deuxième génération (Claritin, Reactine, Aerius), mis au point dans les années 80.

Quelle est la posologie la plus efficace ?
Les antihistaminiques les plus populaires sont ceux de deuxième génération. On prend généralement un comprimé par jour (son action dure plus ou moins 24 heures).

Pourquoi ne pas prendre deux comprimés dont l’action dure 12 heures ?
Les formulations indiquant une action de 12 heures sont censées être prises le matin. Elles contiennent généralement, outre les antihistaminiques, un décongestionnant aux effets stimulants, qui peuvent nuire au sommeil.

Comment prendre les antihistaminiques de manière à optimiser leur efficacité ?
Contrairement à d’autres médicaments, les antihistaminiques peuvent être pris en dehors des repas, simplement avec de l’eau. On peut aussi les prendre en mangeant, mais ils mettront alors plus de temps (une heure plutôt qu’une demi-heure) à faire effet. Il est préférable de les prendre le matin, car les inconvénients des allergies sont plus marqués pendant la journée.

À lire aussi: Allergies saisonnières: prêtes pour la bataille!

Existe-t-il des contre-indications ?
Elles sont très rares. Les antihistaminiques sont déconseillés aux femmes enceintes ou qui allaitent parce que leurs conséquences sur la grossesse n’ont pas été étudiées suffisamment. Une grave maladie rénale ou hépatique pourrait soit constituer une contre-indication, soit exiger un ajustement de la dose. Par ailleurs, un problème cardiaque pourrait être une contre-indication pour ce qui est des antihistaminiques avec décongestionnant, même si c’est un produit en vente libre.

Quels sont les effets secondaires ?
Il y en a très peu. De temps à autre, on rapporte la sécheresse de la bouche ou une légère sensation d’étourdissement, mais c’est très rare. On rapporte à l’occasion des palpitations cardiaques. Toutefois, cet effet est attribuable non pas aux antihistaminiques, mais à la pseudoéphédrine, le décongestionnant parfois jumelé à l’antihistaminique dans le même comprimé. L’ajout d’un décongestionnant à ces médicaments est indiqué par D ou +Sinus dans le nom du produit.

Y a-t-il un risque d’interactions entre les antihistaminiques et d’autres produits ou médicaments ?
Pas vraiment, mais il est toujours prudent de vérifier auprès de son pharmacien, qui est très bien placé pour détecter des interactions éventuelles, surtout si on prend beaucoup de médicaments. Il se pourrait que des médicaments pour soigner les maladies du cœur ou certains antidépresseurs ne fassent pas bon ménage avec les antihistaminiques ou encore que le dosage des autres médicaments doive être ajusté.

Est-il dangereux de prendre des antihistaminiques à vie ?
Les antihistaminiques sont des médicaments très sécuritaires, très peu toxiques et qui sont éliminés rapidement de l’organisme. Nous n’avons pas beaucoup de recul sur les antihistaminiques de deuxième génération et avons seulement cinq ans de recul sur les produits les plus récents (Aerius, notamment). Cependant, rien ne laisse croire pour l’instant que ces produits pourraient être nocifs à long terme. Logiquement, compte tenu du fait qu’ils ne s’accumulent pas dans l’organisme, prendre des antihistaminiques à long terme ne devrait pas poser de danger.