Santé

La Roche-Posay : l’eau qui soigne

Visite des thermes de La Roche-Posay, une référence dans le traitement des affections de la peau.

Adrianna Williams / Corbis

Adrianna Williams / Corbis

La Roche-Posay n’est pas qu’une marque de cosmétiques. C’est aussi un charmant village de 1600 habitants du Poitou-Charentes, région de l’ouest de l’Hexagone. Une place, des cafés, des jardins, des maisons en pierre. Tout ce qui évoque la douce France.

Mais sa vraie richesse, c’est son eau. Avec un pH presque neutre, elle se distingue par sa teneur élevée en sélénium, élément chimique qui joue un rôle clé dans l’organisme par ses propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes, détoxifiantes. Les vertus de cette eau attirent chaque année 10000 curistes, dont le tiers sont des enfants. Ce sont des grands brûlés, des survivants du cancer, mais, surtout, des gens aux prises avec des problèmes cutanés chroniques ou qui résistent aux traitements classiques (acné, eczéma, psoriasis, rosacée).

Deux établissements thermaux les accueillent : le Saint-Roch, au centre-ville, et le Connétable, en pleine nature. Les patients qui y déambulent ont l’air de touristes égarés. Ils se présentent le matin en maillot de bain et serviette.

Au Connétable, pourtant, il n’y a ni piscine luxueuse, ni sauna dernier cri, ni bain de boue ou de chocolat. Que de l’eau de source naturelle puisée tous les après-midis dans le sous-sol des environs. De 6 h à 13 h, les uns et les autres se succèdent dans les douches et aux lavabos. « Un dermatologue est sur place. C’est lui qui juge si le patient a besoin d’un jet fort, pour la desquamation de la peau, ou d’un jet doux, pour les zones sensibles », explique le directeur, Rachid Ainouche. Plus loin, deux jeunes femmes exposent leurs visages rougis à une fine bruine sous l’œil attentif d’une infirmière. Cette pratique aide à calmer l’irritation et à cicatriser et réhydrater la peau. « La silice contenue dans l’eau a un effet de pansement après la douche », poursuit le directeur.

Sur prescription médicale, à raison de deux heures par jour durant trois semaines, les Français peuvent bénéficier de soins remboursés en partie ou en totalité par l’État. Et les autres ? Ils déboursent entre 850 $ et 1 550 $, ce qui comprend deux consultations avec un dermatologue – mais pas l’hébergement. Même si les thermes de La Roche-Posay, contrairement à la gamme de cosmétiques, n’appartiennent pas au géant L’Oréal, ce dernier finance des programmes pour inviter des enfants et leur famille de partout dans le monde à y passer 18 jours.

C’est le cas de Liam, petit Torontois de six ans, qui a commencé à souffrir d’eczéma quelques mois après sa naissance. L’infirmière Laeticia Coirier lui montre comment appliquer sa crème tout en s’amusant. « Il ne faut pas oublier le dessous des pieds… Voilà ! » dit-elle alors que le blondinet s’exécute. Grâce au programme « 100 familles », de La Roche-Posay Canada, les Rowan-Knott ont pu effectuer ce séjour en France. Collette, la maman, est ravie. « La peau de Liam n’a jamais été aussi belle. C’est vraiment formidable ! On ne savait pas trop comment procéder avec la crème. Ça peut sembler banal, mais ça ne l’est pas du tout. »

La peau : comment la mettre à l’abri? Petits bobos et solutions, à lire ici.