Nutrition

Les règles d'une saine alimentation

On a lu pour vous ce livre de l'auteur américain Michael Pollan qui propose 64 règles alimentaires simples et pleines de bon sens.

Les règles d'une saine alimentation


 
Les règles d’une saine alimentation


Les règles d’une saine alimentation, Michael Pollan, Éditions du trésor caché. 9,95 $

Manger sainement? On voudrait bien. Mais les messages qui nous arrivent de toutes parts sont souvent contradictoires. D’un côté, on nous recommande de manger du poisson au moins trois fois par semaine… mais de l’autre, on nous dit de bouder le thon, l’espadon, le tilapia, les poissons issus d’élevages et les espèces menacées d’extinction. Difficile à suivre, non?

Manger ne devrait pas être si compliqué, croit le journaliste et universitaire Michael Pollan, auteur de deux grands succès de librairie, In Defense of Food et The Omnivore’s Dilemma.

Pour rédiger Les règles d’une saine alimentation, Michael Pollan n’a pas consulté que des nutritionnistes. Il a fait appel à des folkloristes, des anthropologues, des mères et des grands-mères. Il a créé un site Web où chacun pouvait faire part des savoirs transmis par ses parents ou d’autres sources pertinentes. « Ces voix sont aussi sinon plus susceptibles que la science, l’industrie ou le gouvernement de nous inspirer et de nous aider à corriger notre rapport à l’alimentation », explique l’auteur.

Le régime occidental, on le sait, est néfaste pour la santé. Trop riche en gras, en sucre, en viande et en aliments transformés – que l’auteur appelle « substances comestibles ayant l’apparence d’aliment ». Mais on a du mal à y échapper. Les règles de Michael Pollan aideront quiconque souhaite mincir, bien manger et rester en santé. En voici quelques-unes.

Évitez les produits de plus de cinq ingrédients.

« Plus un aliment emballé contient d’ingrédients, plus il risque d’être transformé. »

Mangez de vrais aliments.

Faites le plein au comptoir des fruits et légumes… et fuyez les nouveaux produits qui inondent les épiceries. « Il s’agit de mélanges hautement transformés conçus par des scientifiques, composés principalement d’ingrédients dérivés du maïs et du soya qu’aucune personne normale n’a dans son garde-manger et qui contiennent des additifs chimiques. »

Ne choisissez que des aliments qui finiraient par pourrir.

« Les aliments véritables étant vivants, il est normal qu’ils meurent. »

Traitez la viande comme un assaisonnement.

Le Nord-Américain moyen consomme deux ou même trois portions de viande par jour. Deux ou trois par semaine suffisent amplement! Les flexitariens, qui mangent un peu de viande, sont en aussi bonne santé que les végétariens.

Devenez omnivore.

Avez-vous déjà goûté à du lapin ou au panais? Explorer de nouvelles saveurs fait partie des plaisirs de la table. Mais attention! « La diversité fulgurante des produits offerts dans les supermarchés est trompeuse parce que beaucoup d’entre eux sont fabriqués à partir de quelques espèces végétales (maïs, soya, blé). »

N’ignorez pas les petits poissons gras…

… comme le maquereau et la sardine.

Payez plus, consommez moins.

« Préférez la qualité à la quantité, une expérience alimentaire à de simples calo­ries. » La plupart des Nord-Américains ne consacrent que 10 pour cent de leur revenu à la nourriture, soit moins que tous les autres citoyens du monde.

Ne mangez pas par ennui.

Si vous n’avez pas assez faim pour une pomme, vous n’êtes pas affamée.

Consommez toute la malbouffe que vous voulez…

tant que vous l’apprêtez vous-même. Frites, chips, crème glacée, gâteaux… Vous ne risquez pas d’en manger tous les jours.

Enfreignez les règles!

« Ce qui importe, c’est d’adopter une attitude décontractée à l’égard de l’alimentation ». Sinon, on risque de bousiller sa santé et son bonheur!