Sport extrême au féminin: l’amoureuse des grands espaces

« Aller au-delà de mes limites, c’est pour moi un mode de vie, » raconte Marie-Andrée Fortin, 35 ans, qui pratique le ski, le vélo et la randonnée de longue durée.

 

 

GALERIE_MARIE

Au cours des trois dernières années, Marie-Andrée Fortin a traversé le Québec en ski de fond, de Montréal à Kuujjuaq (plus de 2 000 km, en tenant compte des monts et des rivières), sillonné le Kirghizistan et une partie de l’Argentine en vélo, gravi deux fois le Kilimandjaro, en Tanzanie, et plusieurs autres montagnes du Maroc, de la Bolivie et du Pérou. Sans compter des séjours en Italie, en Espagne, en Alsace, en Inde et en Asie du Sud-Est ! En fait, plusieurs de ses voyages seraient considérés comme l’accomplissement d’une vie pour le commun des mortels.

À LIRE: Sport extrême au féminin: la dompteuse de montagnes

« J’ai attendu tellement longtemps avant de prendre ma vie en main », confie celle qui a enseigné au primaire pendant sept ans dans les Cantons-de-l’Est avant de devenir guide d’aventure pour diverses agences. « Si tu as un rêve, réalise-le ! » poursuit Marie-Andrée, qui trouve son inspiration auprès des gens qu’elle rencontre.

SKI_1Un beau jour, la jeune femme a décidé d’ouvrir la porte et d’aller jouer dehors, tout simplement. « Il n’y a pas de mauvais temps pour le faire. Il faut juste avoir les bons vêtements et s’assurer de prendre bien soin de soi », dit-elle.

À LIRE: Sport extrême au féminin: la passionnée des flots

Depuis deux ans, elle collabore à un programme sportif, à Kuujjuaq. Le but : inciter les jeunes − les filles en particulier − à faire du sport. Comment ? En mettant sur pied un club de ski de fond pour développer de saines habitudes de vie dans ces communautés. Une initiative prometteuse qui touche déjà une trentaine de jeunes.

Et ses projets d’avenir ? « Difficile à dire, mais je vais continuer à écouter ma petite voix intérieure », répond Marie-Andrée. Pour l’heure, elle compte visiter les parcs de l’Ouest américain en mai, servir de guide en Europe en juin et juillet, puis s’installer en août à Kangiqsualujjuaq, où son copain, lui aussi guide d’aventure, vient d’accepter un contrat pour Parcs Nunavik. Reste à voir quelle nouvelle exploration s’offrira à elle dans le Grand Nord québécois !

À LIRE: Sport extrême au féminin: la reine des vents

Impossible d'ajouter des commentaires.