L'édito

Ce que je ne ferai pas en 2015

Notre rédactrice en chef refuse la pression qui vient avec les fameuses résolutions de la nouvelle année.

crystelle-magLes résolutions de janvier sont trop souvent un billet VIP pour la déception. A-t-on vraiment besoin de se mettre encore de la pression ?

Perdre du poids

On me pose parfois la question en scrutant mes hanches à la baigneuse de Renoir. Ou on me prend à témoin dans une discussion sur les régimes, comme si j’adhérais d’emblée à la grande quête des Nord-Américaines. J’y réponds donc une fois pour toutes : non, je n’ai pas l’intention de maigrir au cours des prochains mois. Je porte la taille 14 depuis des années. Et vous savez quoi ? À moins d’une contrainte médicale, ce sera encore le cas le 31 décembre 2015.

Je poursuivrai plutôt ma lutte personnelle contre la sédentarité (le grand danger de notre époque selon plusieurs experts en santé, peu importe notre poids) en continuant de bouger, de nager, de skier… Oui, oui, on fabrique des vêtements de sport SI grands. Crazy world.

Prendre du temps pour moi

J’ai deux enfants de moins de 10 ans, qui sont ma lumière et parfois mes nuits blanches. Un boulot aussi prenant qu’exaltant. Des proches que j’aime. Des amis précieux. Mais pas une minute à moi. Si je veux être lucide, je dois admettre que je ne sacrifierai rien de tout cela pour gagner du temps avec moi-même. Du moins dans l’immédiat. La solitude me manque parfois. Mais, comme pour bien des fantasmes, j’ai l’impression que si elle se concrétisait je ne saurais trop quoi en faire.

Être dans le coup

C’est entendu, je manque de temps. Hors de question, donc, de faire augmenter la pression dans la marmite en essayant de suivre la tendance du moment. Je n’ai pas encore terminé la première saison de House of Cards, je ne ferai pas semblant d’aimer la bette à carde ou le teff et je ne me ruerai pas sur le dernier cours de spin-yoga-power-poteau-barre-machin. Je rate probablement quelque chose ; j’attendrai le DVD.

Faire une fixation sur le bonheur

On en parle, on le cherche, on le veut. Maintenant et tout le temps. Si le bonheur était autrefois considéré comme la quête d’une vie, c’est aujourd’hui un bien qu’on veut posséder et mettre jalousement sous une cloche de verre. Selon moi, on gaspille trop de temps et d’énergie à se demander quoi faire pour mettre la main dessus ou à déplorer qu’il nous échappe l’espace d’un moment.

Comme tout le monde, j’ai besoin d’avoir du plaisir. Je passe d’ailleurs rarement une journée sans rire. Mais chaque jour n’est pas une tombola. Et c’est très bien ainsi. Je dessine ma vie en tentant de demeurer le plus près possible de mes convictions, d’être cohérente. Il y a des jours gris et des tempêtes ; ça vient avec. De temps à autre, je relève la tête pour m’assurer que je suis toujours sur la bonne voie… et, la plupart du temps, il fait soleil.

Crystelle Crépeau,

Rédactrice en chef

crystelle.crepeau@chatelaine.rogers.com