Comment mieux utiliser Internet à partir d’aujourd’hui

Il est temps de se prendre en main, d’arrêter de faire défiler sans fin et sans but les pages des réseaux sociaux, et de comprendre que les commentaires qu’on émet sont lus par des personnes bien réelles.

  0
Comment mieux utiliser Internet à partir d’aujourd’hui

Photo: Unsplash

La pression monte pour que les géants de l’industrie des médias sociaux améliorent leurs pratiques. Mais en attendant, on doit adopter de nouvelles habitudes dans la façon dont on utilise Internet.

On rend l’accès aux applications moins facile

Il importe d’abord de savoir combien de temps on consacre aux réseaux sociaux, selon Priya Kumar, boursière postdoctorale au Laboratoire de médias sociaux de l’Université Ryerson, à Toronto. Par exemple, les produits iOS 12 d’Apple sont dotés d’une fonctionnalité appelée Screen Time, qui compile les données concernant l’utilisation qu’on en fait. Certaines applications peuvent également nous renseigner sur les heures que nous passons sur notre téléphone. Pour ceux et celles qui trouvent déjà que cet engin si pratique apporte trop de distractions, il y a un truc simple et efficace: rendre moins facile l’accès à Internet. On supprime la version application des plateformes de médias sociaux. Sans la facilité d’une application, on passe moins de temps à surfer distraitement.

On se rappelle qu’on communique avec des êtres humains

L’anonymat et la désinhibition que permet Internet peuvent inciter les trolls au manque de respect et au harcèlement, mais ils peuvent également apporter un soutien important à ceux et à celles qui ne seraient pas à l’aise de parler de leurs angoisses en personne. «Les médias sociaux servent à créer de véritables interactions entre les gens. Il faut arrêter de les voir comme quelque chose de virtuel», fait valoir Priya Kumar. Avant de publier quoi que ce soit, il convient donc de se demander si l’on tiendrait les mêmes propos à une vraie personne en face de soi.

On choisit le réseau social qui nous convient

Les médias sociaux sont d’excellents outils pour entretenir des liens avec ses connaissances, trouver des renseignements ou se distraire. Mais on doit éviter de se mettre de la pression en essayant de tenir plusieurs comptes. Si l’on souhaite converser ouvertement avec des amis, Facebook est sans doute le bon choix. Si notre but est de partager de l’information avec une communauté plus large, Twitter est un meilleur allié.

On privilégie les messages positifs

La lune de miel avec Internet est finie. L’espoir utopique d’une sphère publique ouverte à tous s’est évanoui. De la même manière que certains groupes sont marginalisés dans le monde réel, des parties de la société sont laissées pour compte et n’ont pas une forte présence en ligne. Priya Kumar souligne qu’au pays, les internautes autochtones font face à une ségrégation numérique dans les médias sociaux et les femmes politiques sont davantage la cible de harcèlement et d’attaques de la part des trolls que leurs homologues masculins. «De telles expériences peuvent rendre le web moins attrayant ou plus intimidant pour certaines personnes», avance-t-elle. Envoyer des notes positives dans cet océan de négativité ou publier des messages de soutien sont de petits gestes qui ont un grand potentiel: faire sentir aux autres qu’ils sont les bienvenus.

À lire aussi: La météo influence les émotions qu’on exprime sur Facebook

Impossible d'ajouter des commentaires.