Doit-on parler d’argent avec ses enfants?

Comment donner une éducation financière à ses héritiers et leur parler d’argent sans les stresser? Trois experts proposent des solutions.

 

licorne-argent On souhaite que nos rejetons sachent épargner, contourner les pièges de la surconsommation et éviter l’endettement. Mais comment leur apprendre tout cela ? Trois spécialistes nous donnent leur avis : Alexis Gagné, économiste, père de deux enfants et chroniqueur à Format familial ; Francine Ferland, ergothérapeute et auteure de plusieurs livres sur l’éducation ; et Marie Lachance, professeure de sciences de la consommation à l’Université Laval et auteure d’études sur les jeunes et l’argent.

Par quoi commencer ?

D’abord, on en parle. « L’argent ne doit pas être un sujet tabou, dit Alexis Gagné. Quand on fait des emplettes, on demande aux enfants de lire les prix et de choisir l’article le moins cher. Si un appareil cesse de fonctionner, on leur dit combien cela va coûter de le remplacer. »

On essaie de leur inculquer d’autres valeurs que celles axées sur la consommation, fait valoir Francine Ferland. « On leur montre que ce qui rend heureux, c’est le fait d’être bien ensemble et non de posséder le dernier t-shirt tendance » illustre-t-elle. On explique aussi que la pub est conçue pour nous faire acheter, ce qui ne signifie pas qu’on a besoin de ce nouveau produit ou qu’on a les moyens de se le procurer !

Et n’oublions jamais que nos enfants nous prennent pour modèles. « Dès leur  jeune âge, ils nous voient utiliser notre carte de crédit et faire des retraits au guichet, ajoute Marie Lachance. Ils vont inévitablement calquer leur comportement sur le nôtre. »

 

À lire aussi: Les enfants et l’argent de poche

Est-ce qu’on doit dire à ses enfants qu’on n’a pas les moyens de se payer ceci ou cela ?

« Même si on n’en parle pas, les enfants vont s’en rendre compte par eux-mêmes, répond Alexis Gagné. Dès le primaire, ils remarquent que leur ami habite une plus grande ou une plus petite maison ; c’est donc un bon moment pour aborder le sujet. » On peut leur expliquer qu’on dépense l’argent autrement – qu’on a des valeurs différentes et qu’on préfère, par exemple, voyager plutôt que d’acheter un bungalow. « Ce qui est important, en matière d’argent, c’est d’apprendre à faire des choix, parce qu’on ne peut pas tout se payer », ajoute l’économiste.

Que répondre à la question : « Est-ce qu’on est pauvres, maman ? »

Bien des parents craignent de créer de l’anxiété chez leurs marmots s’ils y répondent. « En fait, c’est plutôt l’inquiétude des parents qui affecte les enfants, affirme Alexis Gagné. Ces derniers seront moins stressés si on leur parle franchement. »

Marie Lachance prône aussi une certaine transparence. « On ne doit pas être gêné de dire à ses enfants qu’on gagne moins que les parents de ses amis et qu’on ne peut pas lui offrir les mêmes choses, avance-t-elle. Ils doivent comprendre qu’il existe des limites financières. » D’ailleurs, selon des études, les jeunes qui ont eu tout ce qu’ils désiraient risquent davantage de connaître des problèmes d’endettement à l’âge adulte.

À lire aussi: Argent de poche: que faut-il donner et à quel âge?

Impossible d'ajouter des commentaires.