Léa & Louise

Belle = sexy

Mais qui a décidé ça?

Lea et Louise hires

Chère Léa,

Tu es belle.  Il y a des gens qui te le reprochent. Je n’en fais pas partie. Je crois au contraire qu’il faut pas mal de cran pour, jolie comme tu l’es, écrire La revanche des moches. C’était écrit dans le ciel que tu allais te faire ramasser par certains.

Comme toi, je sais que la beauté est essentielle à l’âme. Si elle n’avait pas d’importance, on se promènerait heureux dans du polyester drabe et on vivrait dans des cubes de béton gris. Ça serait bien plus simple. L’art, le design, la mode, c’est de l’ouvrage. Et ça coûte cher…

La beauté est essentielle à l’âme, on s’entend là-dessus. Mais qui a décidé que la beauté passe par des talons aiguille, une robe courte et une couche de mascara impeccablement appliqué?

Qui a décidé que belle = sexy? On s’est fait jouer un vilain tour, me semble. Toi, moi, toutes les femmes au régime, et toutes les jeunes filles qui, dans les cours d’école, comparent leur tour de poitrine avec celui des autres…

Dans l’extrait de ton essai que tu me proposais de relire (car je l’avais lu, bien sûr), tu parles de l’obsession de plaire dans laquelle on risque de perdre «notre identité, notre particularité, notre sensibilité.»

Dans son essai The Beauty Myth, Naomi Wolf relevait qu’on entraînait les hommes à être séduits par le corps des femmes plus que par leur personnalité. Et j’ajouterais qu’en plus, on les entraîne à être séduits par un seul modèle de corps de femmes. Pas génial pour notre identité, notre particularité, notre sensibilité. On se peinture dans le coin, non?

Pourtant, il y a autant de définitions de la beauté qu’il y a de cultures et qu’il y a eu d’époques. Les beautés de Reubens ou les femmes Massaï n’ont pas grand chose en commun avec Kate Moss ou Beyoncé. Et nous le savons. Alors pourquoi s’enfermer dans une seule beauté, si étroite (au propre comme au figuré)?

Tu vas me répondre qu’à mon âge, je n’ai plus tellement le choix. Mais je le dis quand même : je refuse que beauté égale nécessairement séduction sexuelle et jeunesse. Je crois profondément que Margie Gillis, Guylaine Tremblay, Nicole Bordeleau, Toni Morrison, Marie-Nicole Lemieux, Nancy Huston, et toutes les lectrices de Châtelaine qui, récemment, nous ont envoyé une photo d’elles sont des modèles de beauté.

Sans compter que, n’est-ce pas, les talons de 4 pouces, ça fait mal aux pieds.

Istockphoto

Istockphoto