Famille tout compris

Un gadget pour booster le Q.I. de votre bébé?

Une nouvelle entreprise propose de quantifier les progrès de votre bébé – statistiques à l’appui – à l’aide d’un bidule techno porté par l’enfant. Une bonne idée, vraiment?

Famille_tout_compris

Je vais régulièrement faire ma tournée des campagnes de socio-financement sur le web. C’est une façon de voir l’innovation à l’œuvre, de découvrir de nouvelles idées brillantes… et de me prendre la tête à deux mains tellement certains projets me découragent. Ma dernière trouvaille tombe dans cette catégorie.

familletoutcompris_starlingStarling est un petit gadget en forme d’étoile qu’on accroche aux vêtements de bébé. C’est un wearable, un objet technologique qui se porte. Créé par la compagnie californienne VersaMe, Starling compte le nombre de mots que bébé entend ou prononce chaque jour. Ces données sont ensuite transférées par Bluetooth à une application installée sur le téléphone intelligent du parent. L’adulte peut consulter des rapports quotidiens, fixer des objectifs à atteindre et recevoir des suggestions d’activités pour stimuler le développement de sa « petite étoile ».

Déjà, j’éprouve un profond malaise avec le fait de quantifier les interactions en famille. Je serais du genre à débiter le plus mots possible à la tête de mon enfant juste pour que le témoin lumineux du Starling arrête de me narguer (cette chose passe du rouge au vert lorsque l’objectif quotidien est atteint). Je m’imagine très bien dire : « Bébé, je sais que tu tombes de fatigue, mais je dois te lire trois autres histoires parce que tu n’as pas entendu assez de mots aujourd’hui. Fais un effort là, C’EST POUR TON BIEN! »

À titre informatif, Starling fonctionne dans n’importe quelle langue et ne fait que compter les mots sans les enregistrer. Il ne tient pas compte des mots entendus à la télévision. Le bidule en plastique est à l’épreuve de l’eau, excède les normes de sécurité, n’a pas besoin de connexion Internet pour s’activer et sa batterie dure jusqu’à 5 jours. Le projet a amassé la totalité de son objectif dès la première journée de sa campagne de financement, soit 30 000$. Au moment où j’écris ces lignes, l’entreprise est financée à 213% et compte sur la vingtaine de jours restants pour atteindre 100 000$. C’est un succès fracassant.

familletoutcompris_starling_fille

Mais pourquoi diantre vouloir ploguer une étoile sur son enfant pour comptabiliser chaque mot qui fait frémir le tympan? Parce que selon une importante recherche réalisée en 1995, la quantité de mots qu’un enfant entend lors de ses quatre premières années de vie est un indicateur fiable qui permet de « prédire » la trajectoire de son développement cognitif, social et émotionnel. En bref: plus on parle à un bébé, mieux il est outillé pour l’avenir.

Le pitch de vente de VersaMe s’appuie donc sur ces données pour nous inciter à « aider notre enfant à réaliser son plein potentiel » et « booster son Q.I. ». Cet argumentaire n’est pas faux, mais il est biaisé sans bon sens. Car ce que cette fameuse étude démontre, c’est surtout que le contexte économique où l’enfant grandit a une incidence considérable sur le nombre de mots qu’il entend dans une journée et donc sur ses chances de réussir plus tard dans la vie. Plus le revenu familial est bas, moins on parle aux enfants. À l’âge de 4 ans, un enfant de famille aisée aura entendu 30 millions de mots de plus que celui dont les parents bénéficient de l’aide sociale. C’est le 30 Million Word Gap.

30-million-word-gap-image

Cette interprétation tendancieuse d’une étude sérieuse me fait bondir. Vous savez comme moi que Starling ne s’adresse pas du tout aux parents à faible revenu. Sous le couvert promouvoir la littératie, on vend des wearables à près de 200$ à des parents qui ont tellement le nez collé sur leur iPhone qu’ils ont besoin d’une application pour leur rappeler de parler avec leur entourage.

Voici le parfait exemple d’une bonne idée mal exécutée. En fait, c’est une bonne idée exécutée par des gens complètement aveuglés par leurs privilèges et leur anxiété de performer. Même l’annonce de leur partenariat avec l’organisme Literacy Lab ne me convainc pas. Comment le don de petites étoiles Starling à des familles dans le besoin peut-il faire une différence dans l’éducation hâtive des enfants? Comment cela pourrait réduire le 30 Million Word Gap? J’ai hâte de voir.

L’équipe qui a inventé Starling est visiblement composée de personnes talentueuses, créatives, éduquées et motivées. Imaginez toute cette intelligence appliquée à la racine du problème, soit la précarité financière et le manque d’éducation. À la place, on aura des milliers de mères et de pères bien nantis qui se fieront à une petite étoile de plastique dont ils n’ont techniquement pas besoin pour évaluer leurs compétences parentales.

Que pensez-vous de Starling? Est-ce une innovation technologique révolutionnaire ou un gadget inutile?

– – –

Pour écrire à Marianne Prairie: chatelaine@marianneprairie.com

Pour réagir sur Twitter: @marianneprairie

Marianne Prarie est l’auteure de La première fois que… Conseils sages et moins sages pour nouveaux parents (Caractère)