Vélo: Montréal, championne canadienne

Une étude allemande révèle que Montréal est une des villes les plus agréables au monde pour les cyclistes.

 
Montréal, Photo: Justhavealook/iStock

Parmi les villes où il fait bon circuler à vélo, Montréal se classe première au Canada et 18e dans le monde, révèle une étude de la société d’assurances allemande Coya, menée dans 90 grandes villes réparties sur les cinq continents. Un résultat qui n’étonne guère Suzanne Lareau, pdg de Vélo Québec. «Le vélo est dans l’ADN de Montréal», dit-elle.

Forte utilisation du vélo par la population, foisonnement d’événements organisés pour les amoureux du deux-roues, nombre de vols de vélos relativement faible, nombre de décès peu élevé: Montréal se classe en position avantageuse dans plusieurs des critères étudiés par l’assureur.

Environ 18% de la population montréalaise utilise le vélo dans la vie de tous les jours – un taux très élevé pour une ville et qui permet à Montréal d’être dans le peloton de tête des villes étudiées.

Daniel Lambert, de la Coalition vélo de Montréal, qui vise à promouvoir et à défendre le vélo urbain comme moyen de transport, estime que ce pourcentage est trop élevé. Selon lui, c’est plutôt 3% des Montréalais qui pédalent quotidiennement. Mais l’engouement pour le vélo ne faiblit pas et augmente depuis 30 ans au Québec.

Utrecht, Photo: Robin Benzrihem/Unsplash
Copenhague, Photo: AsianDream/iStock

Côté accidents mortels de vélos, Montréal affiche un excellent bilan: peu de décès par rapport au nombre de cyclistes. En revanche, le bilan est moins reluisant en ce qui a trait au nombre total d’accidents impliquant un vélo. Selon l’étude, environ 1 cycliste sur 100 a un accident dans les rues de la métropole. «Le réseau est bon, sur papier, mais dans la réalité il l’est beaucoup moins, car 85% à 90% des pistes cyclables ne sont pas protégées», soutient Daniel Lambert, qui milite depuis des années pour améliorer la sécurité des 850 km de pistes cyclables de Montréal. La pdg de Vélo Québec émet par contre des doutes sur les données récoltées par l’étude, «il n’y a pas autant d’accidents à Montréal, ils sont même en diminution».

Montréal fait mauvaise figure en matière d’infrastructures cyclables, se classant au 54e rang des 90 villes étudiées. L’investissement et la qualité des infrastructures ne sont pas au rendez-vous, selon les données colligées par Coya. Ce que ne nie pas Suzanne Lareau. «Les pistes cyclables ont été faites surtout dans les années 1980. Certaines sont maintenant désuètes, par exemple celle sur Cherrier», dit-elle.

Montréal se trouve aussi en queue de peloton en ce qui a trait au système de partage de vélos. Les stations de partage et de location de vélos sont peu nombreuses par rapport à la population. L’étude dénombre 7,42 stations pour 100 000 habitants. La pdg de Vélo Québec affirme pourtant que le système de vélos en libre-service est efficace et très utilisé par les Montréalais. Bixi offre en effet 7 250 vélos pour 600 stations et augmente même cette année sa flotte, ce qui le place comme le 2e plus grand réseau de vélo-partage en Amérique. « Plus de 5,3 millions de déplacements ont été faits avec les vélos Bixi en 2018 », note Suzanne Lareau. Une augmentation de 500 000 déplacements par rapport à l’année précédente.

Amsterdam, Photo: Sabina Fratila/Unsplash
Anvers, Photo: Erik_V./iStock

Vancouver, seule autre ville canadienne qui figure dans cette étude, se classe quant à elle au 37e rang. Seulement 7% des Vancouvérois utilisent le vélo chaque jour. La ville de la côte ouest affiche toutefois un taux d’accidents plus élevé que celui de Montréal: environ 1,5 cycliste sur 100. Par contre, Vancouver se distingue par son offre de vélos en partage qui est 6 fois plus élevée que Montréal par rapport au nombre d’habitants.

Münster, Justhavealook/iStock

La grande gagnante de ce classement, toutes catégories confondues? La ville d’Utrecht, au Pays-Bas. Elle est suivie de Münster, en Allemagne, d’Anvers, en Belgique, et de Copenhague, au Danemark. Amsterdam, réputée pour ses innombrables cyclistes qui pédalent le long des canaux de la ville, se situe au 5e rang. Cette étude de la société Coya a utilisé les plus récentes données ouvertes de chaque ville pour réaliser son index des meilleures villes cyclables. «Pour dresser ce palmarès, Coya a étudié des rapports internationaux et locaux. Les villes apparaissant plusieurs fois dans ces rapports ont été sélectionnées», explique Yaniss Illoul, responsable des relations de presse en lien avec cette étude.

À lire aussi: J’ai changé de vie: mère et grand-mère presque en même temps, Scindya de Barros

Impossible d'ajouter des commentaires.