Vie pratique

Quels critères pour choisir ses lunettes ?

Qu’on aime suivre les dernières tendances ou qu’on soit plutôt du genre à se la jouer classique, le choix d’une monture est une décision importante.

Dans les dernières décennies, les lunettes ont dépassé leur rôle d’orthèses visuelles pour devenir un article de mode à part entière. Et qui dit mode dit multitude de couleurs et de formes. Si bien qu’il peut être difficile d’arrêter son choix. Voici quelques critères qui devraient nous guider.

La physionomie

Une monture arrondie pour un visage carré, rectangulaire pour un visage rond ? Ces associations qui ont longtemps fait figure de règle d’or ne tiennent plus. En lunetterie comme en mode, les diktats tombent. « L’idée derrière ces normes était de travailler avec des effets contraires pour atténuer les traits forts d’une physionomie. Mais tous n’ont pas envie d’être ainsi neutralisés. Si on aime sa mâchoire carrée, on peut très bien choisir de la mettre en valeur plutôt que de l’effacer avec une monture arrondie », explique Danielle Cloutier, coordonnatrice du département d’orthèses visuelles du cégep Édouard-Montpetit, à Longueuil.

Les futurs opticiens apprennent tout de même à identifier les types de visage. Cette aptitude leur sera utile, car même si les anciennes règles ne sont plus aussi incontournables, elles peuvent convenir à certains, croit Brigitte Robidas, présidente de l’Ordre des opticiens d’ordonnances du Québec. « Si une personne souhaite atténuer quelques-uns de ses traits, ou bien si elle est de nature plus réservée, on suivra certains principes esthétiques », précise-t-elle. Le teint et la couleur des cheveux peuvent également servir de points de repère. Le beige clair et les tons pastel nous donnent un air anémique ? Il serait préférable de les éviter pour nos montures.

La personnalité

Sommes-nous créative, intellectuelle, drôle ? Nos lunettes peuvent en dire long sur notre personnalité. « Chaque individu est unique, et les gens recherchent de plus en plus des montures qui expriment cette singularité », fait valoir Brigitte Robidas. Un modèle plutôt angulaire confère un air plus sévère – pour une jeune avocate qui désire être prise au sérieux, par exemple –, tandis qu’une forme arrondie est synonyme d’allure plus décontractée. « Encore une fois, il ne s’agit pas de règles absolues. Une couleur éclatante ou tendre atténuera immédiatement le côté austère d’une monture rectangulaire », nuance-telle. Avec la bonne paire de lunettes, on peut avoir un look androgyne, féminin ou vintage en un clin d’œil.

La prescription

Au-delà de toutes ces considérations esthétiques, le plus important reste de bien voir, soulignent les deux expertes. « L’angle des lunettes, leur cambrure et leur forme sont tous des éléments qui peuvent nuire à la vision à long terme », dit Danielle Cloutier. C’est pourquoi les opticiens travaillent d’abord à partir de l’ordonnance émise par un optométriste, celle-ci pouvant obliger à certains compromis, tant médicaux qu’esthétiques. Par exemple, dans le cas d’une myopie très forte, on évite les lunettes plus carrées, qui feront ressortir l’épaisseur du verre. Pour les hypermétropes, on tentera d’amoindrir l’effet grossissant des verres à l’aide d’un modèle plus petit.

L’ajustement des montures requiert aussi une attention particulière. La position des oreilles, la forme du nez, la largeur des tempes sont autant d’éléments qui guident les opticiens. « Quand nos lunettes tiennent mal – que ce soit à cause de branches trop courtes ou d’un mauvais appui sur le nez –, nous pouvons avoir tendance à ne pas les mettre, sacrifiant notre vision pour notre confort », indique Brigitte Robidas. Selon elle, il est difficile d’évaluer si une monture nous convient en la portant seulement quelques minutes en boutique. Pour y voir clair, mieux vaut faire appel à un professionnel.